Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel

Préparé par la Museum Association of Newfoundland and Labrador pour le Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Photographie noir et blanc d'une porte en bois pour accéder au caveau à légumes sous un monticule.

Guide à l'intention des musées, des archives et des chercheurs indépendants

Ce guide a pour but d'aider les musées, les archives et les chercheurs indépendants à numériser leurs collections existantes relatives au patrimoine culturel immatériel. En plus de leur fournir un processus de transfert numérique étape par étape, le guide présente des définitions des termes liés au patrimoine ainsi qu'un certain nombre de termes techniques. Bien que ce guide de numérisation soit convivial, il est nécessaire de connaître les rudiments du fonctionnement de l'équipement audiovisuel et des logiciels de supports numériques. Les directives pour la numérisation sont fournies pour les systèmes d'exploitation Windows et Mac.

Le patrimoine culturel immatériel peut prendre diverses formes

Les coutumes et les traditions propres aux membres d'un groupe ou d'une communauté contribuent à leur sentiment d'identité. Pour faire référence à ces éléments non concrets d'un groupe culturel, on parle de patrimoine culturel immatériel (PCI). Ces manifestations sont étroitement liées à ce qui rend unique un groupe particulier de gens. Le patrimoine culturel immatériel peut prendre la forme de connaissances, par exemple où aller pour trouver des petits fruits sauvages ou comment guérir un rhume, et de savoir-faire, par exemple comment construire un bateau ou tricoter des mitaines. Il peut aussi faire référence à la danse, aux chants, aux légendes et aux éléments de la langue, comme les dialectes et les expressions régionales. Comme certaines coutumes et traditions nécessitent des objets matériels pour s'exprimer, le patrimoine culturel immatériel peut également englober les instruments, les outils, les artefacts et les espaces culturels associés à ces coutumes. À titre d'exemple, le patrimoine culturel immatériel pourrait comprendre les outils nécessaires à la construction d'un bateau, le costume porté lors d'une danse culturelle ou l'installation de pêche où la prise du jour est nettoyée et transformée. Le patrimoine culturel immatériel réunit le matériel et l'immatériel pour créer la toile de fond qui constitue ce que les communautés, les groupes et les individus considèrent comme étant leur patrimoine culturel et leur identité.

Les pratiques anciennes et les croyances d'un groupe ne sont pas la seule forme de patrimoine culturel immatériel qui doit être reconnue. Le patrimoine culturel immatériel comprend également « … les coutumes et traditions rurales et urbaines contemporaines pratiquées par divers groupes culturels et intégrées à l'expression contemporaine ».Note en bas de page 1 De telles pratiques communautaires sont souvent transmises de génération en génération, non sans connaître des changements pendant leur évolution. En réalité, une tradition héritée de nos grands-parents peut avoir été adaptée pour répondre à un contexte contemporain, créant l'illusion qu'elle est une nouvelle tradition. Bien que ces traditions n'occupent pas un espace physique, elles font partie du patrimoine vivant d'un lieu et, par conséquent, elles jouent un rôle important non seulement pour les familles, mais aussi pour les groupes et les communautés particulières au sens large. Selon la définition indiquée dans la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003) de l'UNESCO, le patrimoine culturel immatériel « … est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d'identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine ».

L'UNESCO a défini cinq catégories pour classer le patrimoine culturel immatériel :

  1. les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel;
  2. les arts du spectacle;
  3. les pratiques sociales, rituels et événements festifs;
  4. les connaissances et pratiques concernant la nature et l'univers;
  5. les savoir-faire liés à l'artisanat traditionnel.

UNESCO, déclaration de principe 2003

Constituer des collections de patrimoine culturel immatériel est un gage de la sauvegarde de notre patrimoine vivant

Qu'est-ce qu'une entrevue enregistrée au sujet d'un caveau à légumes peut nous apprendre sur le mode de vie des gens de l'époque? À qui cette information pourrait-elle être utile et comment pourrait-elle avoir un effet positif sur une communauté? Le fait de documenter les pratiques traditionnelles, comme la façon de bâtir un caveau à légumes et d'y entreposer des aliments, est important parce que si nous ne prenons pas le temps d'apprendre le savoir-faire du passé, certaines formes de connaissances traditionnelles pourraient devenir inaccessibles aux générations présentes et futures. La documentation est essentielle à la sauvegarde de notre patrimoine culturel immatériel. Cette pratique est importante pour le développement des communautés, puisqu'en contribuant à perpétuer des coutumes et des pratiques d'une valeur inestimable, elle atteste des expériences de vie des membres plus âgés d'une collectivité. Par ailleurs, en partageant du patrimoine culturel immatériel, on incite les jeunes générations à réfléchir à la façon dont certains aspects de leur communauté ont changé, et pourquoi. Alors que de plus en plus de caveaux à légumes donnent des signes de délabrement, les photographies et les histoires ont le pouvoir de nous rappeler que certaines traditions qui se perdent pourraient éventuellement redevenir utiles ou populaires dans l'avenir.

La sauvegarde de notre patrimoine vivant, tel que préconisée par l'UNESCO, exige du dévouement mais aussi du savoir-faire en matière de recherche, de documentation et d'intendance. La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel repose sur l'adoption de mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel, « y compris l'identification, la documentation, la recherche, la préservation, la protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l'éducation formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine » (UNESCO). Par ces mesures, on donne un sens aux traditions d'un groupe, et la communauté s'en trouve renforcée. La façon d'interpréter ce but de sauvegarde multidimensionnel peut varier, mais l'accessibilité au patrimoine culturel immatériel est l'élément qui peut contribuer à l'atteinte de plusieurs de ces objectifs. Une fois constituée une collection de patrimoine culturel immatériel, il est important de la rendre accessible à l'ensemble de la communauté. La numérisation des collections s'avère un moyen d'assurer l'accessibilité, et l'accessibilité n'est qu'un des nombreux avantages liés à la numérisation dans la gestion des musées et des collections d'archives.

Quelle méthode de documentation du patrimoine culturel immatériel doit-on privilégier?

De nombreuses méthodes pour documenter le patrimoine culturel immatériel méritent d'être examinées lorsque vient le moment de sauvegarder le patrimoine vivant d'un groupe ou d'une communauté, notamment photographier les gens, les lieux, l'architecture et les objets culturels, comme les outils et les costumes. Pour l'aspect sonore, il convient d'enregistrer des entrevues afin de recueillir les histoires, les souvenirs, les chants, les croyances et les descriptions de techniques artisanales ou de pratiques de certaines coutumes et traditions. Il est également possible de recourir à l'enregistrement vidéo pour documenter les activités et performances culturelles, réaliser des entrevues ou montrer l'aspect et l'utilité d'un lieu. Les collections existantes de patrimoine culturel immatériel détenues par les musées et les archives sont probablement conservées sous ces formes mais, bien souvent, elles n'ont pas été numérisées aux fins d'exposition ou d'un entreposage adéquat. Le présent guide vise à aider les musées, les individus ou les organismes à numériser leurs collections existantes, et à les aider par le fait même à atteindre leurs objectifs de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

La numérisation favorise le stockage des collections de patrimoine culturel immatériel et la création d'expositions virtuelles

La numérisation des biens relevant du patrimoine culturel immatériel devient une nécessité dans un mode de gestion moderne des collections, et ce, pour plusieurs raisons. D'abord et avant tout, la numérisation peut aider les musées à se préparer aux futures plateformes électroniques issues des progrès technologiques en matière de stockage et d'exposition des collections. L'autre raison déjà évoquée consiste à rendre accessibles les biens culturels au grand public. L'accessibilité d'une collection numérique est importante puisqu'elle contribue à sensibiliser les gens aux formes que prend le patrimoine culturel immatériel à l'échelle locale, nationale et internationale. À l'échelle de la communauté, le fait de rendre accessible une collection peut contribuer à assurer la persistance de certaines traditions, à attester de la validité de la coutume ou de la tradition dans la communauté, ou même à redonner un second souffle à une pratique tombée dans l'oubli, particulièrement lorsque les collections numérisées sont rendues disponibles sur Internet. Un groupe ou une communauté peut alors consulter les collections de patrimoine culturel immatériel de sa propre région, incitant le groupe à garder l'intérêt pour ses coutumes et ses traditions uniques. L'exposition virtuelle donne aussi la chance aux étrangers de voir le genre de patrimoine culturel immatériel présent ailleurs – ce qui cadre parfaitement avec l'élément de promotion lié aux objectifs de la sauvegarde.

Une fois les objets et biens numérisés, la prochaine étape en gestion pourrait consister à exposer la collection. Certains musées et organismes préfèrent publier leur matériel en ligne pour joindre un public plus vaste. Il est avantageux d'afficher une collection en ligne puisque cet espace virtuel devient un lieu public où les membres d'une communauté peuvent voir le matériel local, même s'ils sont à mobilité réduite ou s'ils résident loin de leur groupe culturel. Parfois, il est également possible pour les membres d'une communauté de contribuer à enrichir les collections à distance, en téléchargeant des images, des documents ou des enregistrements personnels numérisés, enrichissant ainsi le patrimoine immatériel. On offre ainsi la possibilité aux membres d'un groupe culturel d'entretenir un lien avec des coutumes et des traditions particulières, même avec celles qui ne sont plus pratiquées, ce qui leur procure un sentiment de continuité et d'appartenance. En outre, les bases de données en ligne permettent aux individus, aux chercheurs et aux membres d'une communauté d'accéder facilement et rapidement à une collection, en plus d'accroître les possibilités de partage. Les renseignements accessibles peuvent être utilisés dans des environnements d'apprentissage formels et non formels, dépassant les limites physiques des établissements d'enseignement.

La protection à long terme des documents culturels éphémères s'avère une autre raison qui justifie la numérisation des collections de patrimoine culturel immatériel. Des articles comme des photographies, des dessins, des cassettes, des CD et d'autres enregistrements de patrimoine vivant courent toujours le risque d'être perdus ou endommagés. Bien que cela s'applique également au matériel numérique, la numérisation de ces objets est une façon de produire des copies de sauvegarde qui assurent que ce matériel plus ou moins durable est transféré et sauvegardé sous une autre forme.

Numérisation de fichiers audio, vidéo et de documents photographiques relevant du patrimoine culturel immatériel

Les sections suivantes du présent guide présentent les directives pas à pas pour la numérisation et le stockage des collections de patrimoine culturel immatériel. On y aborde tous les aspects du processus, de la conversion et du montage de fichiers audio et vidéo à la numérisation de photographies et autres documents importants. Le guide propose également une méthode pour stocker et préserver ce matériel, et s'assurer que la collection est bien organisée et accessible. Une collection numérique bien gérée contribuera à la préparation d'une exposition en vue de présenter ce matériel à un public. L'exposition joue un rôle de premier plan dans une collection de patrimoine culturel immatériel et, durant le processus de numérisation, on ne doit jamais oublier qu'elle en constitue le but définitif.

Il convient de noter que ce guide est axé principalement sur la gestion et la numérisation des collections existantes, et non sur la façon de constituer une collection de nouveaux biens numériques. Pour les projets de nouvelles collections, il est important de déterminer sous quels formats numériques il est préférable de documenter le patrimoine culturel immatériel afin de limiter le temps consacré à la numérisation des nouvelles collections. À titre d'exemple, si on enregistre directement une nouvelle entrevue audio sous forme de fichier WAV, il ne sera pas nécessaire de la transférer plus tard sous ce format. Si un chercheur prend soin de recueillir constamment tout nouveau matériel en utilisant la meilleure qualité possible de taille et de format de fichier, la numérisation, la gestion et l'exposition de la collection s'en trouveront simplifiées.

Après les processus de numérisation étape par étape pour les fichiers audio et vidéo et les documents photographiques, le guide présente une étude de cas sur un projet d'archives de l'Université Memorial de Terre-Neuve. Le projet d'archivage numérique (Digital Archive Initiative) s'avère non seulement un modèle à suivre pour la gestion et l'organisation d'une collection de biens, mais elle offre également un aperçu des avantages liés à la numérisation et propose des suggestions pour l'exposition de ces biens. Avant d'entreprendre le processus de numérisation, il importe de préciser que des types très particuliers d'équipement audiovisuel et de programmes informatiques sont requis. Comme l'équipement dont vous disposez ou qui est offert dans votre établissement peut varier, le présent guide donne des exemples fondés sur l'équipement qui a été utilisé dans le cadre du projet d'archivage numérique de l'Université Memorial. Au début de chaque section, on dressera la liste des programmes et de l'équipement requis.

Numérisation et montage d'enregistrements audio - Un processus étape par étape

Toute cette section sur les enregistrements audio s'adresse aux utilisateurs de Mac et d'IBM (Windows) puisque le logiciel utilisé est compatible avec ces deux systèmes d'exploitation. La première étape pour la numérisation d'un enregistrement audio consiste à déterminer le format de fichier audio avec lequel vous travaillez. Les anciennes collections contiennent souvent des cassettes qui doivent être numérisées, mais elles peuvent également contenir des CD à transférer. La présente section traitera de la conversion des cassettes et des CD, ainsi que de la technique pour faire des montages simples de vos copies numériques. Chaque format audio sera transféré vers l'ordinateur puis sauvegardé sous forme de fichier WAV.

Veuillez prendre note que vous devriez toujours travailler tous vos fichiers audio dans WAV. WAV est un format sans perte, ce qui signifie que vous ne perdez aucune donnée lors de l'enregistrement du fichier. D'autres programmes, comme MP3 et WMA, compriment le fichier à chaque enregistrement, ce qui provoque une dégradation de la qualité. Ce n'est qu'à l'étape finale du processus de montage que les enregistrements sont convertis en fichiers MP3 ou WMA pour le stockage et l'exposition.

Conversion de cassettes audio en format numérique

En raccordant une platine de défilement à votre ordinateur au moyen d'un cordon de connexion line-in, vous pouvez utiliser Audacity pour faire un enregistrement numérique de votre cassette. Cette technique de transfert toute simple de la cassette à WAV requiert peu d'équipement.

Programmes et équipement requis

Audacity :
Logiciel libre gratuit servant à l'enregistrement et au montage des fichiers audio. Toutes les étapes de conversion et les exemples fournis concernent ce programme convivial. Il est possible de télécharger une version du logiciel qui convient aux systèmes d'exploitation Windows et Mac à l'adresse URL suivante : http://audacity.sourceforge.net/.
Cordon de connexion :
Vous aurez besoin d'un cordon audio stéréo de 1/8 de pouce. Ce cordon est doté aux deux extrémités d'une prise casque, et il servira à raccorder la platine de défilement à la prise micro de votre ordinateur (line-in).
Platine de défilement :
Vous aurez besoin d'un lecteur de cassettes, comme un magnétophone à cassettes portatif, pour la numérisation de votre collection de patrimoine culturel immatériel si cette dernière compte une grande quantité d'enregistrements sur cassettes.
Remarque :
Pour obtenir la meilleure qualité sonore possible, vous aurez besoin d'une interface audio externe plutôt que d'utiliser seulement l'entrée incorporée de votre ordinateur. Cette interface pourrait être une table de mixage USB; mais il existe beaucoup de dispositifs différents pouvant servir d'interface audio à raccorder à l'entrée line-in de l'ordinateur à partir d'une autre unité, par exemple une platine de défilement. L'ajustement des niveaux sonores sur un tel dispositif de mixage permettra d'assurer que la sortie du son atteigne une qualité supérieure. Comme une telle interface n'est pas essentielle pour la numérisation, la marche à suivre étape par étape ne comprend pas les directives pour son utilisation.

Numérisation étape par étape

  1. Avant de commencer, vérifier les niveaux sonores line-in de votre ordinateur pour vous assurer qu'il y a suffisamment de volume d'entrée. Vous pourriez devoir le rajuster pendant l'enregistrement de votre cassette pour vous assurer que le niveau sonore n'est ni trop élevé ni trop bas. Pour régler le niveau, allez à Préférences système > Son puis cliquez sur Line In/Built-in Input et réglez le niveau de volume d'entrée à environ 75 p. 100. Sur un Mac, l'écran ressemblera à ceci :

    Image : Capture d'écran des préférences pour le réglage du son sur un Mac. (Effets sonores/Sound Effects, Micro interne/Internal Microphone, Micro intégré/Built-in Microphone, Line-in, Intégré/Built-in Input, Sélectionnez un périphérique d'entrée audio/Choose a device for sound input).
    Préférences système et réglage du son sur un Mac. Les curseurs permettent de modifier le volume d'entrée et de sortie.

    Pour régler le niveau du volume d'entrée dans un PC, accédez au panneau de configuration, puis à Ajuster le volume > Contrôle du volume/Sound Setting > View Volume Control. À la fenêtre Master Volume, cliquez sur Options > Propriétés/Options > Properties. Passez de la table de mixage à Input et remarquez où se situe le curseur sur la barre d'ajustement du son pour l'enregistrement. Ce niveau peut devoir être ajusté pour vous assurer que le volume d'entrée est adéquat.

    Image : Capture d'écran du réglage des préférences pour le son dans Windows. (Contrôle de l'enregistrement/Recording Control, Enregistrement/Recording, Balance, Tous muets/Mute All, Line Volume, Stereo Mix).
    Réglage du volume pour l'enregistrement dans Windows. Les curseurs permettent de régler les niveaux de volume et de balance pour divers périphériques d'entrée et d'enregistrement.
  2. Raccordez la platine de défilement à l'ordinateur en branchant la fiche du câble stéréo dans la prise casque de la platine de défilement, et l'autre extrémité du câble dans la prise line-in de l'ordinateur. Insérez une cassette dans la platine de défilement, du côté A. Rembobinez la cassette pour vous assurer qu'elle est au début. Ouvrez Audacity, votre programme d'enregistrement et de montage, pour préparer le transfert numérique. Réglez les périphériques de sortie et d'entrée, tel qu'illustré ci-dessous :
    Image : Réglage des périphériques de sortie et d'entrée dans Audacity (Périphérique de sortie/Built-in Output, Périphérique d'entrée/Built-in Input, G-gauche/L-left, D-droit/R-left)
    Le volume des périphériques de sortie et d'entrée dans Audacity peut être réglé par défaut à «  Built-in output » et «  Built-in input ».
  3. Le premier fichier que vous créez doit être un fichier test pour vérifier si les niveaux de volume d'entrée de votre ordinateur sont adéquats, que vos niveaux d'entrée dans Audacity sont bien réglés, et que le volume du lecteur de cassettes n'est ni trop élevé ni trop bas. Comme le niveau sonore et la qualité du volume ont tendance à varier selon les cassettes, il pourrait être nécessaire d'ajuster le volume du lecteur et les niveaux d'entrée dans Audacity (voir l'image ci-dessous) pour chaque cassette. Pendant l'enregistrement du fichier test, ajustez le curseur Volume d'entrée/Input Volume Slider pour observer les changements dans l'enregistrement.
    Image : Réglage du volume dans Audacity (curseur Volume d'entrée/Input Volume Slider)
    Le volume d'entrée et de lecture peut être réglé à l'aide des curseurs dans Audacity.
  4. Pour procéder à un enregistrement dans votre ordinateur à partir de la cassette, cliquez d'abord sur le bouton enregistrement dans Audacity (cercle rouge). Activez ensuite la commande de lecture de la platine de défilement. Le signal-son de la platine sera transféré à votre ordinateur et enregistré sous la forme d'un nouveau fichier numérique en temps réel, et vous pourrez réécouter et modifier ce fichier audio dans Audacity. Comme vous procédez à un essai, appuyez sur le bouton Stop après 30 secondes et écoutez l'enregistrement en appuyant sur le bouton de lecture/Play dans Audacity. Vous pouvez appuyer sur pause en tout temps pour suspendre la lecture. Votre écran devrait ressembler à ceci :
    Image : Capture d'écran de la lecture d'un fichier audio dans Audacity. (Glisser la piste verticalement pour changer l'ordre des pistes/Click and drag to select audio, Début de la sélection/Selection Start, Fin/End, Durée/Length, Position audio/Audio Position)
    Audacity affiche les signaux sonores sous la forme d'un histogramme; l'amplitude positive et négative est représentée sur l'axe vertical, et la durée, sur l'axe horizontal.
  5. Attention à l'écrêtage lorsque vous réglez l'enregistrement sonore. L'écrêtage survient lorsque le signal audio est trop élevé, ce qui se traduit par un son discordant tout au long de l'enregistrement. D'un autre côté, l'enregistrement peut être difficile à entendre si les niveaux d'entrée sont trop bas. Dans Audacity, dans la partie supérieure de l'écran, se trouve une barre (vumètre/Level Meter) qui indique le niveau du volume d'entrée de la cassette. Surveillez cette barre pour vous assurer que le signal-son n'atteint pas l'extrémité droite de la barre. Si le volume est trop bas, tentez d'ajuster le volume d'entrée en déplaçant le curseur sur la règle d'intensité sonore adjacente au microphone, puis recommencez l'enregistrement.

    Un transfert effectué avec des niveaux trop bas ressemble à ceci (remarquez les barres rouges) :
    Image : Capture d'écran dans Audacity illustrant les niveaux d'enregistrement réglés trop bas – les barres rouges d'enregistrement ne remplissent pas le vumètre, et n'en utilisent que la partie inférieure.
    Vumètre dans Audacity avec ses barres rouges. Lorsque peu de barres rouges sont visibles, les niveaux d'enregistrement sont réglés trop bas.

    Voici ce à quoi ressemble l'écran lorsque les niveaux sont bien réglés :

    Image : Capture d'écran dans Audacity illustrant les niveaux d'enregistrement bien réglés – les barres rouges d'enregistrement utilisent la totalité du vumètre, sans le remplir complètement.
    Réglage adéquat des niveaux sonores dans Audacity. Les barres rouges utilisent une grande part du vumètre sans le remplir complètement.

    Un transfert effectué avec écrêtage ressemble à ceci (les barres rouges sont trop longues et atteignent souvent l'extrémité du vumètre) :

    Image : Capture d'écran dans Audacity illustrant les niveaux d'enregistrement trop élevés – les barres rouges d'enregistrement remplissent souvent la gamme complète du vumètre.
    Les barres rouges remplissent entièrement le vumètre, ce qui indique que le volume est trop élevé et que les signaux sonores seront écrêtés.
  6. Une fois les niveaux sonores réglés, procédez au transfert final de la cassette. Rembobinez la cassette, appuyez sur enregistrement dans Audacity, puis activez la commande de lecture du lecteur/Play de bande. Le temps d'enregistrement correspond à la durée de la cassette. Lorsque la lecture de la cassette est terminée, le transfert est complété. Pour sauvegarder une copie de votre transfert, allez à Fichier > Exporter/File > Export. Vous pouvez choisir le type de format de fichier pour la sauvegarde – sélectionnez WAV. Nommez votre nouveau fichier numérique, puis enregistrez-le dans un dossier approprié. Répétez les mêmes étapes pour effectuer le transfert du côté B de la cassette. Les deux côtés de votre cassette seront transférés et enregistrés dans deux fichiers distincts.

    Remarque : Il est important de faire des copies de secours de tous vos transferts au fur et à mesure pour éviter le risque de perdre vos transferts numériques. Pour ce faire, une clé USB ou un lecteur de disque dur externe vous sera très utile, mais comme les fichiers WAV sont plus gros que ceux des autres formats, il vous faudra prévoir plus d'espace pour la sauvegarde de secours. Il faut compter également plus de temps pour sauvegarder les fichiers WAV dans votre dispositif de mémoire externe en raison de leur taille plus importante.

Conversion de CD et de minidisques en format numérique

Audacity ne vous permet pas d'extraire des pistes de CD de votre lecteur de disque directement dans le programme, bien que ce soit la méthode de transfert assurant la meilleure qualité sonore. Pour extraire des fichiers CD de votre ordinateur et les convertir en fichiers numériques WAV, il vous faut un logiciel secondaire. Pour les utilisateurs de Mac, iTunes possède une fonction d'importation qui transfère les fichiers CD directement de votre lecteur de disque à votre ordinateur. Vous pouvez ensuite ouvrir les fichiers audio individuels dans Audacity pour les enregistrer en format WAV. Si vous utilisez un PC, Lecteur Windows Media offre une fonction d'extraction; autrement, vous pouvez utiliser un logiciel libre comme MediaMonkey. Pour télécharger gratuitement ce programme, visitez http://www.mediamonkey.com/language/fr/. Une fois les fichiers extraits, ils doivent être ouverts dans Audacity puis sauvegardés sous forme de fichiers WAV.

Si vous n'avez pas recours à une technique d'extraction pour importer les fichiers CD, la section suivante présente la marche à suivre étape par étape pour l'enregistrement de CD et de minidisques à partir d'un lecteur à l'aide du logiciel de montage Audacity.

Programmes et équipement requis

Audacity :
Logiciel décrit à la section précédente qui peut être téléchargé gratuitement à l'adresse suivante : http://audacity.sourceforge.net/.
Cordon de connexion :
Vous aurez besoin d'un cordon audio stéréo de 1/8 de pouce. Ce cordon est doté aux deux extrémités d'une prise casque, et il servira à raccorder l'ordinateur ou le lecteur de minidisques à la prise micro de votre ordinateur (line-in).
Lecteur de disques compacts (CD) :
Vous aurez besoin d'un lecteur de CD, comme une chaîne stéréophonique ou un lecteur de CD portatif, pour la numérisation de votre collection de patrimoine culturel immatériel, si cette dernière compte du matériel qui a été gravé sur disque aux fins de stockage ou d'écoute. Il est possible d'effectuer un enregistrement numérique de vos CD avec Audacity en raccordant votre lecteur de CD à votre ordinateur au moyen d'un cordon de connexion  line-in.
Lecteur de minidisques :
Si votre collection comprend du matériel enregistré sur minidisques, vous aurez besoin d'un lecteur de minidisques pour transférer ces enregistrements en format numérique. Les directives sont les mêmes que pour les transferts de CD et de cassettes.

Processus de numérisation

La numérisation d'un CD ou d'un minidisque à l'aide d'Audacity s'effectue en suivant pratiquement la même procédure que pour la copie numérique d'une cassette. Veuillez vous référer aux étapes dans la section Conversion de cassettes audio en format numérique du présent guide. Lorsqu'il est indiqué d'activer la commande de lecture/Play du lecteur de cassettes, comprenez que vous devez y substituer le lecteur de CD ou de minidisques. Les enregistrements dans Audacity sont en temps réel, donc le temps requis pour faire la copie numérique correspond à la durée de lecture du support.

Montage des fichiers audio numériques

Maintenant que vous avez procédé à l'enregistrement de fichiers audio numériques à partir de cassettes, de CD ou de minidisques, vous pouvez faire le montage de ces enregistrements pour réaliser de courts clips ou y retrancher l'information non pertinente pour l'exposition. Il est essentiel de procéder au nettoyage des enregistrements avant l'exposition, bien qu'il soit important de conserver le matériel original aux fins d'archivage. Ne supprimez pas vos transferts numériques non édités – stockez-les sur un lecteur de disque dur.

Écoute de sections d'un fichier audio

Ouvrez d'abord Audacity et sélectionnez un fichier en allant à Fichier > Ouvrir/File > Open dans la barre de menus. Chaque fichier audio ouvert s'affiche en deux parties superposées l'une sur l'autre, puisque les enregistrements sont en stéréo. Appuyez sur la touche de lecture/Play pour écouter le fichier audio. Vous pouvez écouter une portion précise de l'enregistrement en cliquant sur l'outil de sélection, représenté par un « I » majuscule situé à la droite du bouton d'enregistrement. Sélectionnez la partie que vous souhaitez écouter en cliquant sans relâcher au début du segment, puis en glissant le curseur à la fin du segment voulu. Ensuite, appuyez sur la touche de lecture.

Suppression de sections d'un fichier audio

L'outil de sélection est essentiel pour le montage puisqu'il sert à sélectionner le matériel que vous souhaitez supprimer. Écoutez d'abord l'enregistrement pour déterminer s'il y a d'autres sections que vous souhaitez supprimer. Celles-ci peuvent comprendre les renseignements personnels fournis par l'intervieweur ou la personne interrogée, les interruptions durant l'entrevue ou tout autre contenu non pertinent. À l'aide de l'outil de sélection, cliquez au début du segment à supprimer puis glissez le curseur à la fin de la section non désirée. Une fois cette partie en surbrillance, allez à Édition/Edit dans la barre de menus, puis à Supprimer l'audio/Remove Audio, et cliquez sur Supprimer/Delete. Avec cette méthode, vous pouvez supprimer plusieurs sections de votre fichier audio.

Lorsque vous avez terminé, sauvegardez une nouvelle copie de votre fichier à l'aide de Fichier > Exporter/File > Export dans la barre de menus. N'oubliez pas de renommer l'enregistrement audio pour signifier qu'il a fait l'objet d'un montage.

Voir les directives pour la suppression ci-dessous :

Image : Capture d'écran illustrant la sélection dans les menus d'Audacity pour la suppression de segments audio. (Édition/Edit, Supprimer l'audio/Remove Audio, Supprimer/Delete)
Pour supprimer des segments de la piste audio, choisir Édition/ Edit dans la barre de menus puis Supprimer l'audio/ Remove Audio et Supprimer/ Delete.

Si le but recherché est de supprimer les silences au début ou à la fin de l'enregistrement, ces sections du fichier sont représentées par une simple ligne droite, sans crêtes ni creux. Sélectionnez cette section en cliquant sans relâcher, puis en glissant le curseur de gauche à droite, ou de droite à gauche, sur toutes les sections de silence au début ou à la fin du fichier audio. Puis, comme dans l'exemple ci-dessus, allez à Édition > Supprimer l'audio > Supprimer/Edit > Remove Audio > Delete.

Réalisation d'un clip audio : Si vous souhaitez faire un court clip à partir de votre piste audio, mettez en surbrillance la section à l'aide de l'outil de sélection, puis allez à Édition > Copier/Edit > Copy. Après avoir copié la section en question, allez à Fichier > Nouveau/File > New; une nouvelle fenêtre s'ouvre dans Audacity. Dans cette nouvelle fenêtre, allez à Édition > Coller/Edit > Paste pour stocker votre clip. Sauvegardez-le en tant que nouveau fichier en allant à Fichier > Exporter/File > Export.

Assemblage de fichiers audio : Une autre fonction utile du montage consiste à réunir deux fichiers audio distincts en une piste afin de les écouter un à la suite de l'autre. Cette étape est importante si vous souhaitez monter une plus longue entrevue ou une plus longue prestation à partir de deux clips ou plus. Pour ajouter des sections d'un fichier audio à un autre, vous devez d'abord ouvrir les deux fichiers en question. Ils s'ouvriront dans deux fenêtres dans Audacity. Déterminez quel fichier sera votre fichier audio principal, soit celui dans lequel vous ajouterez du matériel. Écoutez ce fichier pour déterminer l'endroit où ajouter le nouveau matériel, avant ou après l'enregistrement audio principal. Évidemment, dans une entrevue en deux parties, la deuxième partie suivra la première. Allez à la deuxième partie; utilisez l'outil de sélection pour sélectionner la durée à ajouter à la première partie, puis allez à Édition > Copier/Edit > Copy dans la barre de menus. Revenez ensuite à la fenêtre de l'enregistrement audio principal (partie un). À l'aide de l'outil de sélection, cliquez à la fin de l'entrevue puis collez-y la deuxième partie en utilisant Édition > Coller/Edit > Paste. Sauvegardez ce nouvel enregistrement en tant que nouveau fichier à l'aide de Fichier > Exporter/File > Export.

En numérisant d'abord vos enregistrements audio puis en appliquant ces techniques de montage simples pour les améliorer, votre collection de fichiers audio sera prête pour le stockage et l'exposition – des étapes clés dans la gestion d'une collection.

Numérisation et montage d'enregistrements vidéo – Un processus étape par étape

Vous aurez besoin de logiciels vidéo particuliers pour la numérisation et le montage d'enregistrements vidéo extraits de VHS, de MiniDV, de DVD et de fichiers vidéo numériques. Les marches à suivre diffèrent selon le type de système d'exploitation que vous utilisez. Le logiciel fourni avec votre ordinateur, par exemple iMovie HD pour les Mac ou Windows Movie Maker pour les PC, convient à la plupart des activités de numérisation. En utilisant iMovie HD ou Windows Movie Maker, vous pouvez numériser des clips vidéo à partir de VHS, de DVD et de cassettes MiniDV de caméscopes vidéo numériques. Vous pouvez également faire le montage de ces clips, puis les exporter sous forme de films QuickTime qui pourront être stockés ou lus sur un PC ou un Mac.

Les directives suivantes comptent deux sections : l'une à l'intention des utilisateurs de Mac, et l'autre, de PC. Veuillez vous référer à la section appropriée selon votre type d'ordinateur.

Conversion des VHS

Utilisateurs de Mac

Pour convertir un enregistrement VHS en format vidéo prêt à utiliser dans iMovie HD, vous avez besoin d'un convertisseur spécial comportant des ports standard d'entrée et de sortie S-Video et RCA pour vidéo et audio, ainsi qu'un port d'entrée et de sortie FireWire. Toutefois, si vous avez accès à un caméscope vidéo numérique doté de ports d'entrée S-Video ou A/V, vous pourrez probablement l'utiliser en guise de convertisseur. Consultez le manuel de l'utilisateur de la caméra pour savoir comment procéder à l'enregistrement à partir d'un magnétoscope à cassettes à l'aide d'un connecteur A/V.

Les directives suivantes prennent pour acquis que vous avez accès à une caméra vidéo numérique.

Programmes et équipement requis

  • Logiciel vidéo : iMovie HD
  • Magnétoscope : Vous aurez besoin d'un magnétoscope ou d'un caméscope pour lire le métrage enregistré en format VHS.
  • Caméscope vidéo numérique : La plupart des caméscopes utilisant des cassettes MiniDV sont dotés de prises pour raccorder la caméra à un magnétoscope. En ayant recours à la caméra comme élément intermédiaire, vous pouvez raccorder un magnétoscope à cassettes à votre ordinateur avec un câble FireWire. Si vous ne possédez pas de caméscope vidéo numérique pouvant servir d'élément intermédiaire, vous pouvez utiliser à la place un convertisseur vidéo numérique-analogique (veuillez alors substituer le convertisseur à la caméra dans les directives ci-dessous).
  • Cordons de connexion : Vous aurez besoin de deux câbles différents – un pour raccorder le magnétoscope à la caméra, et un autre pour raccorder la caméra à l'ordinateur. Le dernier doit être un câble FireWire (souvent appelé iLink) doté à une extrémité d'une prise USB.
  • Disque dur externe : La conversion numérique de cassettes requiert une grande quantité de mémoire. Trente minutes de cassette peuvent prendre jusqu'à 10 gigaoctets (Go) d'espace. Par conséquent, il serait important de prévoir des disques durs externes pour stocker le matériel dès la conversion terminée. Après avoir fait des copies de secours des fichiers originaux dans au moins deux dispositifs distincts, vous pouvez supprimer le fichier original de votre ordinateur pour libérer de l'espace de travail.

Processus de numérisation

  1. Branchez les cordons de sortie audio et vidéo du magnétoscope aux entrées du convertisseur numérique (dans cet exemple, le caméscope vidéo numérique). Les prises audio et vidéo ont des extrémités rouges et blanches, respectivement. Si le magnétoscope ne compte que l'une de ces deux prises – par exemple seulement la blanche –, alors branchez cette dernière. Après avoir branché les cordons, raccordez la caméra à votre ordinateur avec le câble FireWire ou dans le port USB. Assurez-vous que votre cassette VHS est positionnée au début, puis ouvrez le logiciel que vous utiliserez pour la conversion.
  2. Avant d'entreprendre le transfert, ajustez les réglages du volume de votre ordinateur. Allez à Préférences système > Son/System Preferences > Sound. Dans la mesure du possible, réglez le périphérique d'entrée à Digital-in/Optical digital-in port. Si vous n'avez pas cette option, assurez-vous d'utiliser le périphérique d'entrée line-in, et que le niveau de volume d'entrée est réglé à environ 75 p. 100. Le périphérique de sortie doit être Casque d'écoute/intégré/Headphone/Build-in audio.
  3. Allumez le magnétoscope et le caméscope. Réglez le caméscope en mode VTR (sur certaines caméras : Lecture, Play ou VCR). Dans iMovie, passez au mode caméra pour être prêt à importer votre vidéo.
  4. Activez la commande de lecture du magnétoscope et visionnez à la caméra ce qui est enregistré sur la cassette. En mode VCR, la caméra transfère la vidéo au logiciel iMovie. Lorsque vous êtes prêt à débuter l'importation du métrage, cliquez sur le bouton Importation/Import à l'écran iMovie, ou appuyez tout simplement sur la barre d'espacement.
  5. L'importation s'effectue en temps réel. Lorsque la cassette est terminée, appuyez à nouveau sur Importation/Import pour mettre fin au transfert. Enregistrez le projet sur le bureau ou dans un dossier prévu à cette fin. Sauvegardez le fichier sur un disque dur externe. Vous avez en main un transfert numérique brut, prêt pour le montage.

Utilisateurs de PC

Le transfert de cassettes vidéo (telles les VHS) au numérique est appelé capture vidéo/Video Capture dans Windows Movie Maker.

Programmes et équipement requis

  • Logiciel vidéo : Windows Movie Maker. Selon la version de Movie Maker fournie avec votre système d'exploitation Windows, vous pourriez avoir à télécharger gratuitement une mise à jour récente, puisque certaines versions de Movie Maker n'offrent pas l'option de capture vidéo. Suivez la procédure ci-dessous et, si vous constatez que vous ne pouvez pas faire de capture vidéo avec la version de votre logiciel, faites une recherche rapide dans Internet pour « Windows Movie Maker Download » afin d'obtenir la plus récente version convenant à votre système d'exploitation.
  • Équipement vidéo : Plusieurs choix s'offrent à vous concernant l'équipement. Dans le but de simplifier le contenu du présent guide, une seule option servira d'exemple. Si votre ordinateur n'est pas muni d'un tel équipement, ou qu'il n'est pas possible d'y installer le dispositif requis (il n'est pas possible, par exemple, d'ajouter de nouvelles cartes à certains ordinateurs portables), vous aurez besoin d'un appareil de capture vidéo externe qui coûte environ 50 $ et qui se branche dans la prise USB de votre ordinateur.

    L'option retenue dans le présent guide est une carte vidéo installée dans l'ordinateur qui permet le branchement d'un équipement vidéo (video-in), le plus souvent sous forme d'une prise VIVO à neuf contacts, présente dans les cartes graphiques haut de gamme :

    Image : Port S-Video femelle à neuf contacts (VIVO – Video-in/Video-out) présent sur un ordinateur pouvant recevoir des signaux vidéo analogiques d'un magnétoscope ou d'un caméscope.
    Le port S-video femelle à neuf contacts (VIVO) est un port circulaire pour accueillir une fiche à neuf broches disposées sur trois rangées (3, 4 et 2 broches).

    Remarque : Les ports d'apparence semblable mais comportant moins de contacts servent généralement à la transmission de signaux vidéo de sortie – et non d'entrée, comme le requiert cette procédure. Même si votre ordinateur possède une prise VIVO à neuf contacts, vous devez vérifier si la carte accepte l'entrée de signaux vidéo, puisque certaines cartes de moindre qualité utilisent cette prise uniquement pour la sortie vidéo. Vérifiez la description de la carte de votre ordinateur.

  • Cordon(s) de connexion : Pour l'option retenue dans le présent guide, vous aurez besoin d'un câble S-Video (VIVO) à neuf broches. Ce câble comprend une prise mâle à neuf broches à une extrémité pour le branchement dans l'ordinateur et une série de prises à l'autre extrémité pour le branchement dans le magnétoscope ou la caméra vidéo. Si votre magnétoscope ou caméscope possède un port de sortie S-Video, utilisez la prise S-video puisqu'elle assure une meilleure qualité d'image. Autrement, vous pouvez utiliser la prise vidéo composite standard (RCA) que l'on trouve en général sur l'équipement plus ancien.
    Image : Câble VIVO pouvant recevoir un signal analogique d'un port S-Video ou d'une prise (classique) RCA d'un caméscope ou d'un magnétoscope. L'extrémité dotée d'une seule prise doit être branchée dans le port VIVO de votre ordinateur. L'autre extrémité comporte plusieurs prises; un connecteur multiprise (habituellement blanc) raccorde le magnétoscope ou le caméscope si l'appareil possède un port de sortie S-Video. La connexion audio est séparée.
    Extrémité du câble VIVO dotée d'une seule fiche à brancher dans votre PC. Branchez la prise femelle VIVO de l'autre extrémité dans le magnétoscope ou le caméscope, et ignorez les autres fiches.
  • Câble audio supplémentaire : Vous aurez également besoin d'un câble RCA- stéréo. Ce câble est doté d'une prise audio à une extrémité, semblable aux prises du casque d'écoute et du microphone pour PC, à brancher dans la prise microphone (audio-in) de votre ordinateur. L'autre extrémité possède une ou deux fiches RCA (rouge et blanc pour les signaux stéréo, ou blanc seulement en mono). Ces fiches se branchent dans les prises de sortie audio (audio-out) du magnétoscope ou du caméscope.
    Image : Câble RCA-stéréo servant à transmettre un signal audio du magnétoscope ou du caméscope à la carte audio de l'ordinateur.
    Prise audio mâle à une extrémité du câble à brancher dans le port microphone/audio-in de l'ordinateur. Branchez les fiches RCA de l'autre extrémité dans la prise de sortie audio du magnétoscope ou du caméscope.
  • Magnétoscope ou caméscope : Utilisez n'importe quel appareil pouvant lire des cassettes VHS.
  • Disques durs externes :Pour le stockage des gros fichiers vidéo numériques. Il est recommandé de ne jamais sauvegarder une seule copie d'un fichier original; vous pourriez donc avoir besoin de deux disques durs externes.

    Contrairement aux systèmes d'exploitation Mac, il est possible de transférer directement le contenu d'une cassette VHS dans votre ordinateur Windows (avec l'équipement susmentionné) sans recourir à un convertisseur numérique – vous n'aurez besoin d'aucun équipement supplémentaire.

Processus de numérisation

  1. Raccordez votre ordinateur au magnétoscope ou au caméscope (voir Équipement vidéo ci-dessus pour le branchement des appareils), puis ouvrez Windows Movie Maker. Veuillez noter que, bien que la configuration d'équipement pour le PC décrite dans le présent document pour ce processus ne nécessite aucun dispositif de conversion numérique (requis pour les utilisateurs de Mac), cette configuration présume que la carte graphique de votre PC accepte l'entrée vidéo. Dans le cas contraire, apportez votre PC chez un technicien et expliquez-lui ce que vous voulez faire.
  2. Après avoir branché et mis en marche les appareils : si vous utilisez un caméscope, réglez le mode à caméra pour lire la vidéo enregistrée (mode souvent indiqué par VTR ou VCR). Rembobinez la cassette au début.
  3. Ouvrez Windows Movie Maker. Dans le menu Fichier/File, cliquez sur Capturer la vidéo/Capture Video. Les fonctions de capture vidéo sont également affichées dans la barre de menus située à gauche de l'écran. Windows Movie Maker se synchronise automatiquement au magnétoscope, comme la cassette est enregistrée dans le programme en temps réel. Pour faire l'essai de votre enregistrement, vous pouvez cesser le transfert en cliquant sur Arrêter la capture/Stop Capture. Visionnez ce que vous avez enregistré pour vous assurer que le transfert s'effectue adéquatement. Votre écran devrait ressembler à ceci :
    Image : Capture d'écran de Windows Movie Maker affichant la capture vidéo en temps réel à partir d'un magnétoscope. (Tâches de la vidéo/Movie Tasks, Capturer la vidéo/Capture Video, Modifier la vidéo/Edit Movie, Terminer la vidéo/Finish Movie, Conseils pour réaliser la vidéo/Movie Making Tips).
    Windows Movie Maker affichant la capture vidéo en temps réel à partir d'un magnétoscope. La vidéo est lue en direct à droite de l'écran.
  4. Après avoir réalisé un essai de capture, rembobinez la cassette et procédez au transfert final. Lorsque vous avez terminé, allez à Fichier > Enregistrer le projet sous/File > Save As, pour sauvegarder votre fichier numérique.

Conversion des MiniDV

Utilisateurs de Mac

Le processus visant à importer une cassette MiniDV est le même que pour le transfert d'une cassette VHS à l'aide de l'application iMovie, bien que vous n'aurez pas besoin d'un convertisseur numérique puisque la caméra vidéo numérique tient ce rôle.

Programmes et équipement requis

  • Logiciel vidéo : iMovie
  • Caméscope vidéo numérique : Vous aurez besoin d'un caméscope pouvant lire et enregistrer des cassettes MiniDV.
  • Câble FireWire : Ce connecteur est doté à une extrémité d'une prise USB à insérer dans le port USB de votre ordinateur.
  • Disque dur externe: La conversion numérique de cassettes requiert une grande quantité de mémoire. Trente minutes de cassette peuvent prendre jusqu'à 10 gigaoctets (Go) d'espace. Par conséquent, il peut être important de prévoir des disques durs externes pour stocker le matériel dès la conversion terminée. Après avoir fait des copies de secours des fichiers originaux dans au moins deux dispositifs distincts, vous pouvez supprimer le fichier original de votre ordinateur pour libérer de l'espace de travail.

Processus de numérisation

  1. Allumez le caméscope vidéo numérique. Réglez la caméra en mode VTR (sur certains caméscopes : Lecture, Play ou VCR). Dans iMovie, passez au mode caméra pour être prêt à capturer ou à importer votre vidéo.
  2. Activez la commande de lecture/Play du caméscope vidéo numérique et visionnez ce qui est enregistré sur la cassette. En mode VCR, la caméra transfère la vidéo au logiciel iMovie. Lorsque vous êtes prêt à débuter l'importation du métrage, cliquez sur le bouton Importation/Import à l'écran iMovie, ou appuyez tout simplement sur la barre d'espacement.
  3. L'importation s'effectue en temps réel. Lorsque la cassette est terminée, appuyez à nouveau sur Importation/Import pour mettre fin au transfert. Enregistrez le projet sur le bureau ou dans un dossier prévu à cette fin. Sauvegardez le fichier sur un disque dur externe. Vous avez en main un transfert numérique brut, prêt pour le montage, au besoin.

Utilisateurs de PC

Programmes et équipement requis

  • Logiciel vidéo : Windows Movie Maker
  • Caméscope vidéo numérique : Vous aurez besoin d'un caméscope pouvant lire et enregistrer des cassettes MiniDV.
  • Câble FireWire : Ce connecteur est doté à une extrémité d'une prise USB à insérer dans le port USB de votre ordinateur.
  • Disques durs externes : Pour le stockage des gros fichiers vidéo numériques. Il est recommandé de ne jamais sauvegarder une seule copie d'un fichier original; vous pourriez donc avoir besoin de deux disques durs externes.

Processus de numérisation

Le processus de numérisation des cassettes DV est assez semblable à celui des cassettes VHS. La seule différence, c'est qu'on a recours à un caméscope vidéo numérique pour lire la cassette.

Remarque : Ces directives n'incluent pas le transfert de cassettes HD, puisqu'il faudrait utiliser un autre logiciel que Windows Movie Maker. Toutefois, le logiciel de montage iMovie HD (pour Mac) permet les enregistrements HD.

  1. Branchez la caméra dans une prise de courant, puis raccordez-la à l'ordinateur à l'aide du câble FireWire.
  2. Insérez la cassette à importer dans le caméscope vidéo numérique et réglez la caméra au mode VCR.
  3. Une fenêtre s'ouvre à l'ordinateur vous demandant ce que vous voulez que Windows fasse. Cliquez sur Capturer la vidéo dans Windows Movie Maker/Capture Video using Windows Movie Maker. Si la fenêtre ne s'affiche pas d'elle-même, ouvrez Windows Movie Maker et débutez un nouveau projet.
  4. Entrez le nom du fichier pour la vidéo et indiquez l'emplacement où vous souhaitez le sauvegarder. Un disque dur externe s'avère la meilleure solution pour enregistrer les fichiers vidéo qui exigent environ 1 Go l'heure. Cliquez sur Suivant/Next.
  5. Choisissez Qualité optimale pour la lecture sur mon ordinateur, puis cliquez sur Suivant/Next.
  6. Sélectionnez Capture automatique du contenu de la cassette, puis cliquez sur Suivant/Next. Comme la caméra est allumée, vous n'aurez rien d'autre à régler, le programme procédera automatiquement à l'importation.
  7. Ce processus créera un fichier WMV contenant la totalité du contenu de la cassette. Le fichier numérique est maintenant prêt pour l'enregistrement, la sauvegarde de secours et le montage.

Transfert de fichiers vidéo numériques

Utilisateurs de Mac

  1. Pour importer un fichier vidéo d'un autre support que celui fourni par un caméscope, allez dans Fichier > Importer/File > Import, et sélectionnez le fichier en question dans votre ordinateur ou dispositif de stockage. Ces fichiers pourraient provenir d'une caméra numérique principalement utilisée pour la photographie ou d'une caméra vidéo. Dès que vous avez localisé votre fichier, sélectionnez-le et cliquez sur Ouvrir/Open.
  2. Vous pouvez également glisser les fichiers de votre bureau ou de iPhoto vers la bibliothèque d'événements/Clips Pane ou le navigateur d'événements/Timeline Viewer. Il est aussi possible de glisser, copier et coller les clips entre différents projets dans iMovie HD. Avec ces techniques toutes simples, vous pouvez ajouter des séquences vidéo à vos clips, ce qui est utile si vous souhaitez stocker et exposer ensemble plusieurs entrevues ou extraits de métrage.

Remarque : Lorsque vous importez des clips dans un format différent de celui de votre projet, ils sont automatiquement convertis pour correspondre au format de votre vidéo. À titre d'exemple, si vous avez créé une vidéo haute définition, les clips de définition standard que vous importez seront convertis en haute définition.

Utilisateurs de PC

Pour procéder à l'importation d'un fichier numérique à partir du disque dur de votre ordinateur ou d'un dispositif de mémoire externe, il suffit de glisser le fichier vidéo dans la sous-fenêtre des clips/Clips Pane dans Windows Movie Maker. Vous pouvez aussi cliquer sur Importer > Vidéos/Import > Video dans le menu des tâches, ce qui vous permettra de lancer une recherche pour localiser votre fichier vidéo et l'ouvrir dans le programme. Lorsque vous glissez ou importez un fichier, le fichier source demeure à son emplacement d'origine dans votre ordinateur. Si le fichier source est supprimé, vous devez le replacer dans votre ordinateur, ou sur un support accessible par votre ordinateur, pour y avoir accès dans Window Movie Maker.

Conversion des DVD

Ni iMovie ni Windows Movie Maker ne vous permet de capturer un DVD à partir du lecteur de disque de votre ordinateur pour procéder au visionnement ou au montage. Ces deux applications requièrent un logiciel secondaire pour l'extraction. Si votre collection compte des fichiers vidéo gravés sur DVD qui ne sont disponibles dans aucun autre format, il est recommandé d'extraire ce contenu et d'en faire une sauvegarde numérique. Il est facile de télécharger un logiciel d'extraction qui vous aidera à bien gérer votre collection. Les utilisateurs de Mac et Windows ont souvent recours à l'application gratuite WinX DVD Ripper. Pour plus d'information sur ce logiciel libre, veuillez consulter le site Web suivant : http://www.winxdvd.com/dvd-ripper/.

Assurez-vous de respecter la loi sur le droit d'auteur lorsque vous utilisez ce logiciel. Pour plus d'information sur la loi sur le droit d'auteur en vigueur, consultez le site Web : http://balancedcopyright.gc.ca/eic/site/crp-prda.nsf/fra/accueil (Consulté le 2013).

Pour les utilisateurs de Windows, l'application HandBrake permet d'extraire des DVD directement dans votre ordinateur. Pour télécharger l'application, veuillez visiter le site Web suivant : http://handbrake.fr/. Alors que Pineapple Express ne convient qu'aux systèmes d'exploitation Mac, HandBrake offre des téléchargements convenant à un Mac ou à un PC.

Montage de fichiers vidéo numériques

Maintenant que vous avez en main du contenu vidéo numérique avec lequel travailler, vous avez le loisir d'en faire le montage afin d'y retrancher des segments non pertinents aux fins d'exposition. Comme il a été suggéré pour le contenu audio, il est important de conserver le matériel brut et le contenu modifié aux fins d'archivage. Dans une collection bien gérée, on s'assure que toutes les parties du contenu sont stockées en au moins deux emplacements physiques pour un usage ultérieur.

Utilisateurs de Mac (iMovie)

Avant de commencer, passez du mode de lecture/Play au mode Édition/Editing, représenté par l'icône en forme de ciseaux.

Image : Capture d'écran dans iMovie affichant l'icône Ciseaux. L'image présente également une partie dorée de la barre de métrage, indiquant le métrage qui a été sélectionné en vue du montage (par exemple, pour le détourage).
Section dorée de la barre de métrage d'iMovie indiquant la portion de la vidéo sélectionnée pour le montage ou une autre opération.
  • Détourage de votre vidéo : Le détourage vous permet de modifier une vidéo en sélectionnant la portion dont vous avez besoin et en supprimant le reste. Pour ce faire, sélectionnez le clip à cadrer dans la bibliothèque d'événements/Clips Pane, le visualiseur/Clip Viewer ou le navigateur d'événements/Timeline Viewer. Glissez le curseur de la tête de lecture jusqu'à l'endroit où vous souhaitez que le plan commence et placez-le immédiatement en dessous. Puis glissez-le vers la droite pour inclure le métrage que vous désirez conserver. La portion dorée de la barre (illustrée ci-dessus) met en évidence le métrage sélectionné.

    Pour ajuster le début et la fin du métrage sélectionné, cliquez sur un marqueur de coupe pour le sélectionner, puis appuyez sur la touche de flèche gauche ou droite du clavier pour déplacer le marqueur un plan à la fois. Pour déplacer le marqueur par intervalle de dix plans, maintenez enfoncée la touche Maj/Shift tout en appuyant sur la flèche.

    Image : Capture d'écran d'iMovie illustrant la sélection de Recadrer/Crop dans le menu Édition/Edit. (Édition, Découper, Clips)
    Pour supprimer tout ce qui entoure le segment sélectionné dans iMovie, sélectionner Recadrer/ Crop dans le menu Édition/ Edit.

    Une fois le métrage à couper sélectionné, choisissez Édition > Découper pour conserver la portion de la vidéo en surbrillance et supprimer le reste. Sauvegardez une copie de cette vidéo modifiée.

  • Rognage de la vidéo : Si vous souhaitez élaguer votre vidéo en rognant des portions au début ou à la fin d'un clip, glissez les marqueurs de coupe pour surligner la portion à supprimer, puis cliquez sur Édition > Supprimer/Edit > Clear.
    Image : Capture d'écran d'iMovie illustrant comment sélectionner Supprimer/Clear dans le menu Édition/Edit. (Édition, Supprimer, Clips)
    Pour supprimer un segment sélectionné dans iMovie, sélectionner Supprimer/ Clear dans le menu Édition/ Edit.

    Remarque : Lorsque vous détourez ou rognez vos fichiers, n'oubliez pas qu'ils ne sont pas réellement supprimés dans iMovie HD, mais seulement masqués. Si par mégarde vous rognez trop de plans, vous pouvez toujours choisir Édition > Annuler/Edit > Undo pour annuler la modification, ou rallonger le clip à la durée voulue en glissant l'une des extrémités dans le navigateur d'événements/Timeline Viewer.

Utilisateurs de PC (Windows Movie Maker)

  • Fractionnement de votre vidéo : La suppression de parties sélectionnées dans une vidéo (appelée détourage/cropping dans iMovie) peut être réalisée en fractionnant votre fichier en segments (voir fractionner), puis en supprimant les segments à écarter. Pour ce faire, dans le menu de lecture/Play (situé directement sous la vidéo), cliquez sur le bouton de lecture/Play puis, à l'endroit où vous souhaitez fractionner la vidéo, cliquez sur le bouton Suspendre/Pause. Pour fractionner la vidéo à cet endroit, cliquez sur le bouton marqué d'un point noir dans la capture d'écran ci-dessous. Vous pouvez maintenant écarter le segment de la vidéo pour produire le clip voulu. Pour enregistrer un clip, vous pouvez le copier comme nouveau projet; il suffit de cliquer à droite sur le clip dans la chronologie, de choisir Copier/Copy puis de le coller/paste dans un nouveau projet dans le menu Fichier/File.
    Image : Capture d'écran de Windows Movie Maker illustrant comment fractionner une vidéo en plusieurs segments. (Afficher la table de montage séquentiel/Show Storyboard, Vidéo, Audio/Musique/Audio/Music, Superposition du titre/Title Overlay)
    Une vidéo peut être fractionnée en plusieurs segments dans Windows Movie Maker.
  • Rognage de la vidéo : Cette fonction vous permet de modifier le début et la fin de la vidéo, afin de modifier la longueur de votre clip. Pour ce faire, déplacez les points de marquage dans la chronologie. Le marqueur de début/start trim handle s'affiche sous la forme d'une ligne bleue et le marqueur de fin/end trim handle est la ligne noire à la fin du clip. Cliquez et glissez chaque ligne jusqu'au marqueur de coupe voulu. L'espace libre entre ces deux points est ce qui restera de votre vidéo.
    Image : Capture d'écran de Windows Movie Maker illustrant comment bouger les marqueurs de coupe afin de déterminer le début et la fin d'une vidéo. (Cliquer et glisser pour rogner la vidéo, Affiche la table de montage séquentiel, Vidéo, Audio/Musique, Superposition du titre)
    Il est possible de déplacer les marqueurs de coupe dans Movie Maker afin de déterminer le début et la fin d'un clip vidéo.
  • Sauvegardez une nouvelle copie du clip modifié.

Numérisation de photographies et de documents éphémères – Un processus étape par étape

Comme il existe une variété de numériseurs qui peuvent servir à numériser les photographies, et que chaque numériseur fonctionne différemment, la section suivante ne présente pas de directives étape par étape mais plutôt des principes directeurs et des normes dont il faut tenir compte lors de l'utilisation d'un numériseur pour créer des sauvegardes de photographies, de négatifs et de documents éphémères.

Lorsque vous choisissez un numériseur, assurez-vous qu'il possède ce qu'il faut pour numériser des diapositives et des négatifs. Dans la mesure du possible, il est essentiel de numériser les négatifs et les diapositives qui risquent de se détériorer au fil du temps.

Remarque : Lorsque vous sauvegardez des images, il est recommandé de les enregistrer en format TIFF plutôt que JPEG. Le format JPEG convient au partage en ligne, mais les fichiers perdent de la qualité lorsqu'on les comprime pour réduire la taille de l'image. Les fichiers TIFF, eux, ne doivent pas être comprimés et la taille du fichier est importante même lorsque l'image est redimensionnée. Ces derniers se prêtent mieux à l'archivage; tous les détails de l'image enregistrés au cours de la numérisation sont préservés dans ce format.

Numérisation de photographies

Avant de procéder à la numérisation, vous devez vous assurer d'avoir téléchargé le logiciel approprié dans votre ordinateur. Parfois vous trouverez le logiciel en ligne mais, dans la plupart des cas, il est préférable d'utiliser le CD fourni avec le numériseur.

Ouvrez le logiciel et choisissez, dans les options, le type de document Photographie/Photograph. Si vous numérisez une photographie achrome (noir et blanc), réglez le type de document à Photographie noir et blanc/Black and White Photograph. De même, si vous numérisez une photographie en couleur, réglez le type de document à Photographie couleur/Color Photograph. Vous devez également vous assurer que vos réglages PPP/DPI sont corrects. Le réglage minimum devrait être de 600 PPP puisque cette résolution convient pour l'archivage; il sera alors possible de produire des images d'une résolution moindre pour les afficher sur le Web ou pour toute autre reproduction à partir de cette image d'archives d'une plus haute résolution. Selon le type de numériseur utilisé, il pourrait faire un cadrage automatique ou numériser plusieurs photos en même temps.

Remarque : La numérisation à haute résolution (nombre de PPP plus élevé) prend davantage de temps qu'à basse résolution; il faut donc prévoir le temps en conséquence.

Nommer les fichiers de photographies : Chaque photographie numérisée devra ensuite être sauvegardée séparément dans un dossier sur le bureau de votre ordinateur ou sur un disque dur externe. Le fait de nommer vos fichiers de façon logique et organisée vous aidera à retrouver vos images ultérieurement. Cette étape est d'autant plus importante si vous numérisez un grand nombre de photographies dans une collection. Il pourrait être utile d'élaborer un système de numérotation et de classement avant d'entreprendre la numérisation. Le nom du fichier attribué durant la numérisation pourrait correspondre à une liste contenant la description de la photographie. Lorsque l'on gère de vastes collections de photographies, il est important de créer une base de données contenant tous les détails disponibles, par exemple des renseignements sur l'endroit où la photo a été prise ainsi que la date; le nom du photographe; le nom de la personne photographiée; le donateur de la photo; l'état de la photo; le format du film (p. ex. 35 mm); et si la collection comprend ou non le négatif de la photo.

Retoucher les photographies : Il existe plusieurs programmes de retouche pour ajuster la qualité d'image d'une photographie numérisée. Si la photo ou le document numérisé n'a pas été automatiquement recadré lors du processus de numérisation, il est important de le faire pour éliminer les espaces blancs afin que seule l'image soit numérisée. Dès que vous avez terminé le détourage, il est possible de modifier la qualité de l'image de la photographie. Les images qui ont été surexposées ou sous-exposées devront être retouchées en jouant avec le contraste ou la luminance. Par exemple, dans une photographie à l'apparence terne, l'image sera plus nette après une augmentation du contraste. Après avoir recadré et retouché le fichier numérisé, vous pouvez nommer et enregistrer le fichier comme copie finale. Les retouches que vous faites aux photographies doivent être conservées comme telles – il ne faut pas écraser le fichier d'image original. Ainsi, vous pourriez adopter une convention régissant les noms de fichiers qui fait la distinction entre les fichiers numérisés originaux et la version retouchée de la même image.

Remarque : Les retouches de la qualité d'image (c.-à-d. les changements apportés au contraste) ne sont pas toujours importantes en ce qui concerne les photographies d'archives; habituellement, il est recommandé que la version numérique représente la qualité d'origine. Cependant, il est parfois nécessaire d'effectuer de légères retouches lorsque des images en particulier d'une collection doivent être publiées ou utilisées dans le cadre d'une exposition.

Numérisation de négatifs

Il faut numériser le négatif de film lorsque la collection ne comprend aucune copie imprimée de l'image. Si la collection compte la photographie et le négatif, seule la photographie doit être numérisée. Lorsque seul le négatif est disponible, il faut le numériser pour produire une photographie haute résolution à l'aide de l'équipement et du logiciel appropriés. Comme lorsque l'on numérise des photographies et d'autres documents, il est important de s'assurer de numériser à une résolution comptant le plus grand nombre possible de PPP afin d'obtenir une qualité d'image convenant à l'archivage. Le nombre minimum de PPP pour vos négatifs devrait être de 1 200, mais vous pouvez numériser en haute résolution jusqu'à 4 800 PPP avec la plupart des numériseurs. Vous devez également indiquer le type de film numérisé selon les réglages suivants : film négatif en couleur/Color Negative Film, film positif couleur/Color Positive Film, film négatif noir et blanc/Black and White Negative Film ou film positif noir et blanc/Black and White Positive Film. Une fois la numérisation terminée, vous pouvez traiter les images comme des photographies, puis les nommer et les classer dans les dossiers appropriés.

Numérisation de documents éphémères

Les documents éphémères contenus dans une collection de patrimoine culturel immatériel peuvent prendre notamment la forme suivante : affiches annonçant un événement, dessins d'outils et d'objets, plans d'étage, cartes, reçus, certificats et lettres manuscrites. Ces articles souvent compris dans les collections d'archives doivent être numérisés aux mêmes fins de préservation que les photographies ou les négatifs. La technique de numérisation est pratiquement la même que pour une photographie, mais il faut changer le réglage à document noir et blanc/Black and White Document ou document couleur/Color Document. Encore une fois, selon le type de numériseur utilisé, il peut faire un recadrage automatique ou numériser plusieurs articles en même temps. Assurez-vous de régler la résolution à au moins 300 PPP.

Appareils photos numériques

Dans le cadre du processus de numérisation, vous pouvez décider de prendre en photo des objets qui font partie d'une collection de patrimoine culturel immatériel. Ceux-ci peuvent comprendre des objets d'artisanat ou des outils propres à un savoir-faire particulier. La photographie numérique permet de conserver un enregistrement visuel en cas de perte de l'objet ou de dommages. Il est recommandé d'inclure une règle dans la photographie pour indiquer la taille de l'objet documenté.

Lorsque vous prenez des photos à des fins d'archives numériques, il est très important de s'assurer de régler l'appareil photo à la plus haute résolution (ou à la plus grande taille de fichier). Même si ces gros fichiers prennent plus d'espace dans la carte mémoire de l'appareil photo ou sur le disque dur d'un ordinateur, il est important de constituer une collection de patrimoine culturel immatériel avec des images de qualité supérieure. De préférence, réglez la résolution à au moins 10 méga pixels, avec une profondeur de bits de 24 bits. Le site Échange professionnel du RCIP offre plusieurs ressources sur la photographie numérique et la numérisation. Pour plus d'information, veuillez consulter la section intitulée Numérisation – Photographie numérique, à l'annexe B.

Stockage et gestion des données

Lecteur de disque dur et clé USB

Tel que mentionné précédemment, un lecteur de disque dur externe est un équipement essentiel dans tout projet de numérisation. Parfois, plus d'un disque dur sera nécessaire pour servir de système de stockage externe; ainsi, si le premier fait défaut, le deuxième disque contiendra encore la collection. Il existe des disques durs de différentes capacités, ce qui sera utile pour préserver votre collection si l'on tient compte des gros fichiers audio, vidéo et d'images. Les disques durs contiennent des pièces mobiles; il faut donc les manipuler avec soin pour éviter de les endommager. Les systèmes de stockage RAID sont conçus pour un usage professionnel, pour stocker une grande quantité de contenu numérique qui doit être sauvegardé sur plus d'un disque dur. Un tel système comportant plusieurs disques est idéal pour sauvegarder en toute sécurité votre collection de patrimoine culturel immatériel.

Les clés USB peuvent être utiles dans le cadre d'un projet de numérisation en servant de copie de sécurité temporaire pour des petites collections ou de petits fichiers.

Noms de fichier et systèmes de fichier

Les noms de fichier et les systèmes de fichier seront uniques à chaque musée et centre d'archives qui crée une collection numérique. Dans bien des cas, les articles se verront attribuer une série de lettres et de chiffres qui aideront à classer le contenu et à savoir combien d'articles contient la collection. À titre d'exemple, le nom PN-0003 pourrait être attribué à la troisième photographie numérisée qui comprend également un négatif. L'étude de cas présentée ci-après illustre une méthode différente de nommer les fichiers; elle comprend des nombres qui correspondent à un tableur contenant des données essentielles sur l'article.

Étude de cas : Le projet d'archivage numérique de l'Université Memorial de Terre-Neuve

Le projet d'archivage numérique (Digital Archive Initiative)de l'Université Memorial de Terre-Neuve consiste en un site de stockage et d'exposition en ligne qui contient une grande quantité de contenu lié au patrimoine culturel immatériel. Ce site remarquable où sont stockées des collections numérisées de fichiers audio, vidéo et de documents photographiques est mis à la disposition du grand public à des fins de consultation. Pour qu'une collection puisse y être stockée, elle doit comporter des fichiers numériques de grande qualité organisés, numérotés et décrits dans un tableur de métadonnées avant d'être soumise aux archivistes. Le site est connecté au site Web de la bibliothèque de l'Université Memorial de Terre-Neuve et on peut y effectuer des recherches par mots clés ou en naviguant dans les collections spéciales ou par sujets. La base de données comprend des copies numériques du contenu des collections spéciales de l'Université ainsi que des collections versées par des chercheurs particuliers. Dans le site, les collections de patrimoine culturel immatériel du projet d'archivage numérique sont organisées soit par emplacement d'origine (p. ex. ICH—Central Newfoundland) ou par sujets (p. ex. ICH—Oral Traditions and Expressions)..

Les exigences en matière de métadonnées du projet d'archivage numérique contribuent à une saine gestion de la collection numérique. Les tableurs de métadonnées possèdent un nombre de champs qui doivent être remplis pour chaque photo, vidéo ou clip audio qui sera exposé sur le site du projet d'archivage numérique. Par conséquent, chaque article doit être numéroté, et tous les détails concernant l'article doivent être inscrits dans le tableur. Les renseignements doivent être précis puisque, dès que les métadonnées ont été remplies, elles sont téléchargées dans Internet et couplées aux fichiers numériques de la collection. À titre d'exemple, voici deux pages du tableur. Ces métadonnées proviennent d'une série de photographies représentant les objets d'artisanat fabriqués à la main par une personne en particulier. Chaque photographie a été numérotée et correspond à une ligne du tableur. Les champs de données pour ce numéro ont ensuite été remplis pour contenir les renseignements suivants : nom de la source, renseignements biographiques sur la source, nom du collectionneur, description de l'article, date d'acquisition, lieu de l'acquisition, sujets consultables (c.-à-d. caveaux à légumes, artisanat, bâtiments), format (soit JPEG, WAV), type (c.-à-d. audio/vidéo/image fixe) et nom de la collection.

Image : Capture d'écran du tableur illustrant des exemples de métadonnées relatives à du contenu numérique d'une collection du projet d'archivage numérique. (Personne – sujet/Person as Topic, Description, Date, Contenu/Contents, Collectionneur/Collector, Source Informant, Renseignements biographiques/Biographical Data)
Voici des exemples de métadonnées : Personne – sujet, Description, Date, Collectionneur, Source, Renseignements biographiques.
Image : Autres exemples de métadonnées relatives à du contenu numérique d'une collection du projet d'archivage numérique. (Commentaires/Notes, Format, Domaine/Extent, Type, Type de ressource/Resource Type, Identificateur/Identifier, Langue/Language, Source)
Autres exemples de métadonnées relatives à du contenu numérique d'une collection du projet d'archivage numérique.

Différents tableurs peuvent devoir être remplis pour différentes parties d'une collection. Une collection peut être répartie selon le type de patrimoine culturel immatériel, l'emplacement où les objets ont été soumis au processus de collecte ou même selon la source. Une fois les champs de métadonnées remplis, la collection numérique est prête à être exposée sur le site Web du projet d'archivage numérique. Dans les exemples ci-dessous, remarquez que les métadonnées figurent en rouge sous la photo ou la vidéo.

Façon d'exposer les photographies dans le cadre du projet d'archivage numérique :

Image : Capture d'écran d'une photographie pouvant être vue sur le site Web de la Digital Archive Initiative. (Vieux caveau à légumes situé à proximité du potager de la famille Simmonds, Titre descriptif, Catégorie, Sujet, Description, Date, Collectionneur, Format, Type, Type de ressource, Identificateur, Collection).
Photographie de la porte d'un caveau à légumes, pouvant être vue sur le site Web de la Digital Archive Initiative. Les métadonnées de la photographie figurent sous l'image.

Pour voir cette photo en ligne : http://collections.mun.ca/cdm4/item_viewer.php?CISOROOT=/ich_wn&CISOPTR=278&CISOBOX=1&REC=15.

Façon d'exposer les fichiers audio dans le cadre de la Digital Archive Initiative :

Image : Capture d'écran d'une piste audio pouvant être lue sur le site Web de la Digital Archive Initiative. (Titre descriptif, Catégorie, Sujet, Personne – sujet, Date, Collectionneur, Source, Lieu, Sujet représenté/discuté, Emplacement de l'enregistrement, Format, Domaine, Type, Type de ressource, Identificateur, Collection).
Le bouton de lecture/ Play permet d'écouter une piste audio sur le site Web de la Digital Archive Initiative. Les métadonnées sur la piste figurent au bas de la page.

Pour écouter ce fichier audio en ligne : http://collections.mun.ca/cdm4/item_viewer.php?CISOROOT=/ich_wn&CISOPTR=329&CISOBOX=1&REC=13.

Façon d'exposer les fichiers vidéo dans le cadre du projet d'archivage numérique :

Image : Capture d'écran d'une vidéo pouvant être lue sur le site Web de la Digital Archive Initiative. (Titre descriptif, Sujet, Personne – sujet, Description, Date, Collectionneur, Source, Renseignements biographiques)
La vidéo se trouve au centre de la page et les métadonnées (p. ex., Titre descriptif, Personne – Sujet, Description, etc.) figurent au bas de la page.

Cette vidéo peut être vue en ligne.

Conclusion

La Digital Archive Initiative est un exemple de rassemblement bien structuré de collections individuelles de contenu numérique aux fins de stockage et d'exposition en ligne. Grâce à de tels projets de numérisation, les archives, musées et autres groupes de chercheurs ou établissements peuvent jouer un rôle d'intendance en matière de patrimoine culturel immatériel et servir d'exemple de comparaison.

Glossaire

Termes liés au patrimoine

Patrimoine culturel immatériel (PCI)
- Les coutumes, les traditions et les pratiques qui contribuent à éveiller un sentiment d'identité au sein d'un groupe de gens en particulier.
Patrimoine vivant
– Autre expression utilisée pour décrire le patrimoine culturel immatériel. Ce terme implique que les coutumes, les traditions et les pratiques continuent d'évoluer au fil du temps.
Sauvegarde
– Effort concerté en vue de préserver et de protéger le patrimoine culturel immatériel d'une culture ou d'un groupe de gens, et d'en faire la promotion.
UNESCO
– Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture : cette organisation fait la promotion mondiale d'incitatifs relatifs au patrimoine, comme la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Termes liés à la technologie

A/V
– Audio/Vidéo. Relativement aux câbles, cette abréviation fait référence aux connecteurs qui transmettent séparément des signaux audio et vidéo, et qui sont dotés de prises blanche et rouge à chaque extrémité. Ils servent à raccorder une caméra ou un magnétoscope à un autre appareil, comme un ordinateur ou un téléviseur. Ces connecteurs se branchent dans les ports d'entrée-sortie A/V.
Câbles S-Video
Câbles vidéo séparés souvent utilisés pour la transmission vidéo analogique.
CD
- ou disque compact – Disque optique conçu pour stocker des données numériques. La longévité de l'information stockée sur un support CD varie largement selon la qualité du CD. Des fabricants dignes de confiance assurent que l'information peut être stockée aussi longtemps que de 50 à 200 ans – mais il a été prouvé que certaines marques ne sont plus lisibles après deux ans.
Clips
Lorsqu'on extrait une portion d'un fichier vidéo, cette portion s'appelle un clip vidéo. Le terme est aussi utilisé pour désigner des segments d'un fichier audio.
Détourage
Extraction d'une section de vidéo d'un fichier vidéo dans le but d'en faire un clip.
DVD
– ou Disque numérique polyvalent – Format de stockage sur disque optique présent sur des disques aux mêmes dimensions que les disques compacts (CD). Le format offre une capacité un peu plus grande de stockage comparativement à un CD, mais la durée de vie est légèrement moins longue par rapport à un support CD comparable.
Écrêtage
L'écrêtage survient lorsque le niveau sonore d'un enregistrement audio est trop élevé, ce qui se traduit par un son discordant.
Extraction
Terme utilisé pour décrire l'action d'extraire des fichiers audio d'un CD pour les copier dans l'ordinateur. Pour réaliser cette opération, on a recours au lecteur de disque interne de l'ordinateur.
Firewire
Interface de communication haute vitesse (IEEE) conçue par Apple. En règle générale, l'interface sert au transfert de données volumineuses en temps réel, comme des données vidéo ou audio haute fidélité.
Fractionnement
Opération qui consiste à couper un fichier vidéo en segments dans le but de réaliser des clips distincts.
Go
- Gigaoctet (gibioctet). Volume de stockage binaire. Il est maintenant généralement admis qu'un gigaoctet équivaut à environ un milliard (soit 10003) octets; un chiffre rond du système décimal facile à reconnaître pour les consommateurs. L'unité de mesure historique servait à indiquer 1 0243 octets (un chiffre arrondi dans le système binaire, au cœur de la structure logique de l'ordinateur). Les systèmes d'exploitation Windows continuent à mesurer la capacité des disques en gibioctets (10003), tandis que les fabricants de disques et les nouveautés Apple mesurent la capacité en gigaoctets. Ainsi, un disque externe raccordé à un PC semblera contenir moins d'espace que le même disque branché à un Mac.
HD
– Haute définition. Format numérique haute définition, quel qu'il soit, pour les fichiers audio ou audio/vidéo. L'expression est également utilisée en référence au support même sur lequel de tels fichiers sont enregistrés (p. ex. cassette HD) ou au logiciel utilisé pour le montage de ces fichiers.
JPEG
Format de fichier pour enregistrer des images comprimées. Ce format est idéal pour le téléchargement vers l'amont ou vers l'aval sur Internet, mais il n'est pas recommandé pour un usage professionnel puisqu'il perd de sa qualité lorsqu'il est sauvegardé après modification.
Métadonnées
Données servant à décrire un autre ensemble de données. Par exemple, si les données sont une photographie, les métadonnées décrivent cette photographie.
Minidisque
Disque magnéto-optique conçu par Sony pour stocker des enregistrements audio numériques. Le disque (plus petit qu'un CD et contenu dans un boîtier en plastique permanent comme celui des disquettes de 4  po) peut être réutilisé plusieurs fois, beaucoup plus souvent qu'un disque compact réinscriptible). Les minidisques peuvent stocker jusqu'à 80 minutes de son.
MiniDV
– Cassette vidéo numérique miniature. Ce support de stockage vidéo, parfois appelée minicassette, a été conçu à l'origine pour les caméscopes grand public, mais son usage est de plus en plus répandu dans les productions d'enregistrements professionnels.
MP
– Mégapixel. Mesure pour décrire le nombre de pixels dans une image numérique, ainsi que le nombre d'éléments capteurs d'image dans une caméra numérique. Une image d'un MP contient un million de pixels. Plus l'image contient de pixels, meilleure est la qualité de l'image et, en général, plus grande est la taille du fichier.
MP3
- Format de fichier audio comprimé utilisé pour la lecture dans les baladeurs numériques multimédias, et pour les téléchargements vers l'amont et vers l'aval dans Internet.
Pixels/Pixélisé
– Dans une image numérique, un pixel représente la plus petite unité d'affichage possible sur un écran d'ordinateur. Les pixels sont des points uniques qui, réunis, forment une image entière. Lorsqu'une image est pixélisée (ce qui n'est pas souhaitable), c'est que l'on distingue les pixels individuels dans l'image.
Port RCA
– prise RCA – fiche RCA. Aussi appelé fiche phono ou prise cinch. Ces connecteurs, conçus à l'origine par la Radio Corporation of America (RCA) pour le transfert de signaux audio (le connecteur a fait partie intégrante des chaînes stéréo durant plusieurs décennies), servent également à la transmission de signaux vidéo. En règle générale, le transfert d'une image vidéo composite s'effectue par l'intermédiaire d'un seul connecteur jaune RCA, tandis que le transfert d'une image vidéo en composantes s'effectue au moyen de connecteurs vert, bleu et rouge (parfois étiquetés Y, Pb/Cb et Pr/Cr).
PPP
– Points par pouce. Référence à la taille d'un fichier d'une image numérique, que ce soit une photographie ou un autre type de document numérisé. Plus le nombre de PPP (DPI en anglais) est élevé, meilleure est la qualité de l'image et plus gros sera le fichier.
Prise Scart ou Péritel
– Moyen de raccorder ensemble de l'équipement audio et vidéo; sert souvent à raccorder un téléviseur à un magnétoscope ou à d'autres appareils.
Profondeur de bits
– Le nombre de bits utilisés pour indiquer la couleur d'un seul pixel dans une image en mode point ou en mémoire image vidéo. Une image en couleur naturelle utilise 24 bits pour les tonalités chromatiques de rouge, vert et bleu. Chaque tonalité chromatique utilise 8 bits, produisant 256 nuances, ou une combinaison de plus de 16 millions de couleurs différentes. L'œil humain a la capacité de discerner jusqu'à 10 millions de couleurs.
RAID
Redundant Array of Independent Discs. Réseau redondant de disques indépendants; matrice de plusieurs disques durs utilisée pour reproduire en simultané de l'information redondante. Ce système est considéré comme étant fiable puisque les données sont sauvegardées dans plus d'un endroit.
Rognage
– Suppression de segments au début ou à la fin d'un fichier vidéo durant le processus de montage.
Silence
– Au sens strict, le silence désigne l'interruption involontaire dans une radiodiffusion durant laquelle aucun son n'est transmis. Dans le contexte du présent document, il fait référence à toute partie d'un fichier audio dans laquelle il n'y a aucun son.
Tête de lecture
– Curseur triangulaire dans les programmes informatiques audio/vidéo illustrant le temps écoulé durant le visionnement ou l'écoute d'un fichier.
TIFF
Tagged Image File Format. Format de sauvegarde de fichiers d'image souvent utilisé à des fins professionnelles. Format sans perte qui conserve une qualité d'image supérieure après l'enregistrement suivant une modification.
URL
Uniform (or Universal) Resource Locator. Localisateur de ressources uniformes : adresse d'une page Web.
USB
– Clé USB; petit périphérique de stockage externe de données qui utilise une mémoire Flash. La clé USB est considérée comme étant plus fiable qu'un disque dur puisqu'elle ne comporte aucune pièce mobile.
VCR
Videocassette Recorder. Magnétoscope; appareil électromagnétique servant à l'enregistrement de cassettes audio et vidéo. La cassette VHS est le format de cassettes le plus utilisé avec le magnétoscope.
VHS
Video Home System. Chaîne vidéo domestique; technologie d'enregistrement de vidéocassettes (VCR) largement répandue, développée par la société Japan Victor Company (JVC).
Vidéo numérique
– Système d'enregistrement, de stockage et de lecture d'information vidéo qui fait la conversion en signal numérique (par opposition à analogique).
VIVO
Video in video out. Port vidéo qui permet à certaines cartes graphiques d'ordinateur l'entrée et la sortie vidéo. Ce port circulaire à neuf broches est parfois étiqueté «  TV » ou une variante semblable. Seules les cartes graphiques haut de gamme sont dotées d'un tel port. Il convient de noter que ce ne sont pas toutes les cartes graphiques dotées de ce port qui en font un plein usage – certaines cartes ne s'en servent que pour la transmission de signaux de sortie vidéo.
VTR
Video Tape Recorder. Magnétoscope à bande; appareil permettant l'enregistrement de contenu vidéo sur bande magnétique. À l'origine, le ruban était conservé sur bobines puis sur cassettes, et on y faisait souvent référence sous le nom commercial VCR.
WAV
– Le format de fichier audio Waveform est le format principal des fichiers audio bruts, non comprimés. Ce fichier, de plus grande taille que les autres formats, conserve une qualité supérieure après avoir été modifié et sauvegardé.
WMA
Windows Media Audio. Format de fichier comprimé utilisé par les systèmes d'exploitation Windows lors du montage et de la sauvegarde de fichiers audio.
WMV
Windows Media Video. Format de fichier comprimé utilisé par les systèmes d'exploitation Windows lors du montage et de la sauvegarde de fichiers vidéo.

Références en ligne

Patrimoine culturel immatériel (PCI)

Numérisation – Photographie numérique

  • Réseau canadien d'information sur le patrimoine - Échange professionnel : Photographie numérique et numérisation des collections de musées
  • Réseau canadien d'information sur le patrimoine – Échange professionnel : Numérisez vos collections – Version pour les petits musées

Préservation numérique

  • Réseau canadien d'information sur le patrimoine – Échange professionnel : Préservation numérique à l'intention des musées : Recommandations

Technologie

Notes en bas de page - Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel

Coordonnées pour cette page Web

Ce document est publié par le Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP). Pour fournir des commentaires ou des questions à ce sujet, veuillez communiquer directement avec le RCIP. Pour trouver d’autres ressources en ligne destinées aux professionnels de musées, visitez la page d'accueil du RCIP ou la page Muséologie et conservation sur Canada.ca.

Note :

Pour consulter la version en format PDF (format de document portable), vous devez avoir un lecteur PDF installé sur votre ordinateur. Si vous n'en avez pas déjà un, plusieurs lecteurs peuvent être téléchargés gratuitement ou achetés sur Internet :

Pour profiter des avantages qu'offre le format PDF :

Il n’est pas recommandé d’ouvrir un formulaire PDF directement à partir de votre navigateur; certains utilisent des modules d’extension (plugins) par défaut pour lire les PDF, ce qui pourrait causer des ennuis au moment d’entrer les données dans le formulaire PDF.

Veuillez noter que tous les formulaires PDF qu'il est possible de remplir et de sauvegarder sur ce site Web ont été créés à l'aide de "Adobe® authoring tools". Il est par conséquent recommandé d'utiliser la version 9 ou une version plus récente d'Adobe Reader® pour de meilleurs résultats.

Date de modification :