Soins de base - Comment reconnaître les métaux et leurs produits de corrosion

par Bart Ankersmit, Martina Griesser-Stermscheg, Lyndsie Selwyn et Susanne Sutherland

Introduction et présentation des auteurs

Introduction

On peut également acheter cet ouvrage sous forme de livret en couleurs et à reliure spirale en communiquant avec Lana Chan, Parcs Canada.

Objectifs

  • Aider le personnel responsable des maisons historiques, des églises et des musées
  • Servir de guide visuel aux problèmes et aux défauts constatés parfois dans des collections d'objets en métal
  • Fournir des conseils pratiques sur le soin à donner aux objets en métal
  • Fournir des références pour en savoir davantage

Auteurs

Bart Ankersmit , scientifique en conservation
Cultural Heritage Agency of the Netherlands (en anglais seulement)
PO Box 1600
3800 BP Amersfoort
Téléphone : +31 033 – 421 71 89
Courriel : b.ankersmit@cultureelerfgoed.nl
Martina Griesser-Stermscheg , restauratrice
Université des arts appliqués de Vienne, département de conservation (en allemand seulement)
Salzgries 14/ 3-5
A-1010 Vienne
Autriche
Téléphone : 0043-1-71133-4815
Courriel : martina.griesser@uni-ak.ac.at

Lyndsie Selwyn , scientifique principale en conservation
Institut canadien de conservation
1030, chemin Innes
Ottawa ON K1B 4S7
Canada
Téléphone : 613-998-3721 ou 1-866-998-3721
Télécopieur : 613-998-4721
Courriel : lyndsie.selwyn@canada.ca

Susanne Sutherland , restauratrice, minéraux et composites
Susanne Sutherland a pris sa retraite de Parcs Canada.

Comment reconnaître les métaux et leurs produits de corrosion

Comment reconnaître le cuivre

Cuivre et alliages de cuivre (laiton et bronze)

  • couleur du métal nu : différentes teintes de jaune (le cuivre pur est rougeâtre)
  • non magnétique (le fer plaqué en laiton sera toutefois magnétique)
  • le laiton est un alliage de cuivre et de zinc
  • le bronze est un alliage de cuivre et d'étain

Objets en cuivre

Un vase en cuivre.
Les objets en cuivre fraîchement polis présentent une couleur orange rougeâtre. Les objets faits en cuivre comprennent notamment les pièces de monnaie, les matériaux de couverture, les ustensiles de cuisine et la tuyauterie. Dans la photo, on voit un vase en cuivre. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Objets en laiton

Un objet en laiton partiellement patiné.
Les objets en laiton fraîchement polis sont normalement jaunes, mais peuvent parfois être rouges. Dans la photo, on voit un objet en laiton partiellement patiné. D'autres exemples d'objets en laiton : chandeliers, accessoires militaires, instruments de musique et instruments scientifiques. Photo gracieuseté de Martina Griesser-Stermscheg.

Objets en bronze

Un buste en bronze moulé, montrant une couche de ternissement naturel.
Bien que le bronze poli soit normalement jaune, les objets faits en bronze ont souvent une autre couleur parce qu'ils sont ternis ou ont été délibérément patinés. Parmi les objets en bronze, on trouve des cloches, des statues et des miroirs chinois. Dans la photo, on voit un buste en bronze moulé, montrant une couche de ternissement naturel. Photo gracieuseté de Martina Griesser-Stermscheg et de l'Université des arts appliqués de Vienne.

Corrosion du cuivre

Cuivre et alliages de cuivre (laiton et bronze)

  • le cuivre ou ses alliages ternis (ou patinés) sont noirs
  • une corrosion plus grave produira un dépôt vert ou bleu vert (et peut être rouge en dessous)
  • les traces de doigts tachent facilement le métal poli
  • l'action d'acides organiques sur le cuivre engendre des produits de corrosion verts

Cuivre terni

Le fond d'une casserole en cuivre dont le côté gauche est terni et le côté droit récemment poli.
Le cuivre poli se ternit progressivement. Le noircissement est provoqué par des composés gazeux sulfureux dans l'air (par exemple, pollution ou composés issus du caoutchouc ou de la laine). Dans la photo, on voit le fond d'une casserole en cuivre dont le côté gauche est terni et dont le côté droit a récemment été poli. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Laiton terni

À gauche un chandelier en laiton poli et, à droite, un autre dont le laiton est terni.
Le laiton poli peut également se ternir. Dans la photo, on aperçoit à gauche un chandelier en laiton poli et, à droite, un autre dont le laiton est terni. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Empreintes sur le cuivre

Des empreintes sur une surface de cuivre.
Si on touche une surface de cuivre poli avec les mains nues, on laisse des traces de doigts. Dans la photo, on peut voir des empreintes sur une surface de cuivre. Photo gracieuseté de Martina Griesser-Stermscheg.

Résidus de produit à polir sur les alliages de cuivre

Un produit à polirdéposé sous un côté d'un objet de laiton.
Les résidus laissés par les produits de polissage liquides peuvent s'écouler par des trous et s'accumuler sous un objet. Cette photo montre un produit à polir déposé sous un côté d'un objet de laiton. Photo gracieuseté de Bart Ankersmit, Institut du patrimoine culturel des Pays-Bas et du Tropenmuseum de l'Institut royal des tropiques, Amsterdam.

Résidus dans les fissures des alliages de cuivre

Cette photo en gros plan montre la corrosion verte du cuivre sur une casserole en cuivre.
Si l'objet n'est pas bien rincé, on trouve parfois des résidus de produits à polir abrasifs dans les fissures ou les sillons qui y sont gravés. La couleur verte indique la corrosion du cuivre tachant l'abrasif blanc. Cette photo en gros plan montre la corrosion verte du cuivre sur une casserole en cuivre, à l'endroit où la poignée en laiton rejoint la casserole. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Taches vertes de corrosion locale sur des alliages de cuivre

La corrosion verte et cireuse formée sur la surface du laiton adjacente au cuir.
Des taches vertes sur des objets en alliage de cuivre peuvent provenir de leur exposition aux acides organiques présents dans les enduits du cuir. Dans la photo, on voit la corrosion verte et cireuse formée sur la surface du laiton adjacente au cuir. Photo gracieuseté de Bart Ankersmit et du Musée militaire de Delft.

Corrosion verte sur des alliages de cuivre exposés aux éléments

La patine verte d'une sculpture en bronze exposée aux éléments.
Des produits de corrosion verts se forment sur les objets d'alliages de cuivre exposés à l'extérieur. Dans la photo, on voit la patine verte d'une sculpture en bronze exposée aux éléments. Photo gracieuseté de Martina Griesser Stermscheg et de l'Université des arts appliqués de Vienne.

Maladie du bronze sur les objets archéologiques en alliage de cuivre

Maladie du bronze s'attaquant à l'alliage de cuivre d'une lame archéologique.
La maladie du bronze se manifeste par des taches poudreuses vert pâle provoquées par l'accumulation de sel (chlorure de sodium) pendant leur enfouissement. Dans la photo, on voit un exemple de maladie du bronze s'attaquant à l'alliage de cuivre d'une lame archéologique. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Comment reconnaître le fer

Fer et alliages de fer (fer forgé et fonte)

  • couleur du métal nu : gris argent
  • presque toujours magnétique (certains aciers inoxydables ne sont pas magnétiques)
  • les objets historiques en fer forgé sont presque toujours faits de fer pur (< 0,1 % de carbone) avec des inclusions vitreuses
  • l'acier est du fer contenant de 0,2 à 2 % de carbone
  • le fer forgé est du fer contenant entre 2 et 4 % de carbone
  • l'acier inoxydable est du fer contenant du chrome et du nickel

Objets en fer forgé

Une chaîne rouillée en fer forgé.
Les objets en fer forgé corrodés ont un aspect ligneux. Dans la photo, on voit une chaîne rouillée en fer forgé. D'autres exemples d'objets en fer forgé : clous, rails de chemin de fer, ancres. Photo gracieuseté de Henry Unglick, Parcs Canada, Ottawa.

Objets en acier

Un couteau de vitrier à lame d'acier.
Les objets en acier non corrodés présentent une couleur gris argenté. Un grand nombre d'outils et de machines (tours, fraiseuses) sont faits en acier. Sur la photo, on voit un couteau de vitrier à lame d'acier. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Objets en fonte

Une poêle à frire en fonte.
Une grenade en fonte.
Les objets en fonte non corrodés présentent une couleur gris argenté. Au nombre des objets en fonte, il y a des casseroles, des poêles à frire, des grilles de foyer, des poêles à bois, des canons et des boulets. Dans la photo de gauche, on voit une poêle à frire en fonte et, dans celle de droite, on voit une grenade en fonte. Photos gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Objets en acier inoxydable

Des ustensiles en acier inoxydable.
Les objets en acier inoxydable sont de couleur gris argenté et résistent à la corrosion. L'acier inoxydable sert à la fabrication d'ustensiles de cuisine, de couverts, de quincaillerie de finition et de nombreux articles industriels. Dans la photo, on voit des ustensiles en acier inoxydable. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation

Corrosion du fer

Fer et alliages de fer (fer forgé et fonte)

  • les produits de corrosion ont une couleur rouille (rouge, jaune, brun rougeâtre)
  • la formation rapide de rouille (enrouillement instantané) est causée par une hausse soudaine de l'humidité relative
  • des gouttelettes sur le fer ou des ampoules vides et sèches sont des preuves de la contamination par le sel (chlorures)

Corrosion stable (rouille stable)

Un véhicule ancien dont plusieurs pièces en fer sont couvertes de rouille.
Une rouille stable est brun rougeâtre, habituellement bien incrustée, et découle d'une exposition à l'humidité au cours de la vie de l'objet. Dans la photo, on voit un véhicule ancien dont plusieurs pièces en fer sont couvertes de rouille. La rouille demeurera stable tant que l'humidité relative est faible. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Dommages provoqués par une rouille continue

La rouille qui soulève la couche de finition sombre.
La rouille continue est causée par une forte humidité. La formation continue de rouille cause l'effritement du métal (ou celui de la peinture si la surface est peinte), des déformations à la surface et l'écaillage. Dans la photo, on voit de la rouille qui soulève la couche de finition sombre. Photo gracieuseté de Martina Griesser-Stermscheg.

Taches de rouille

Une tache de rouille sur une lame de fer.
Sur le fer nu (non corrodé), des taches de rouille apparaissent comme de petites zones rouillées. Elles sont causées par un dépôt d'eau sur la zone touchée. Elles peuvent également être causées par une accumulation locale de poussière ou de saleté. Dans la photo, on voit une tache de rouille sur une lame de fer. Photo gracieuseté de John Watt, Parcs Canada, Winnipeg.

Empreintes sur le fer nu

Empreintes de main.
Si on touche un objet de fer non rouillé, on peut y laisser des empreintes de doigts ou, comme le montre cette photo, des empreintes de main. Photo gracieuseté de Joosje  van Bennekom, Stedelijk Museum, Amsterdam.

Enrouillement instantané sur du fer

Enrouillement rapide sur un couteau de vitrier en acier.
L'enrouillement instantané est la corrosion rapide du fer après l’exposition à une forte humidité (par exemple, une inondation). La rouille ainsi formée est orange vif. Dans la photo, on voit un exemple d'enrouillement rapide sur un couteau de vitrier en acier. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Délaminage du fer

Une bêche archéologique datant du I er siècle.
La corrosion prolongée du fer peut provoquer un délaminage, surtout s'il est contaminé par des sels, comme le montre cette photo d'une bêche archéologique datant du 1er siècle. Photo gracieuseté de Ronny Meijers, Museum Valkhof, Nimègue. Pays-Bas.

Suintement du fer (gouttelettes)

Suintement du fer (gouttelettes), sur un objet soumis à un taux élevé d'humidité relative.
Le suintement du fer provient de la formation de gouttelettes d'eau sur un objet soumis à un taux élevé d'humidité relative. Les gouttelettes se couvrent d'une fine couche de rouille. Elle est causée par la contamination saline dans les objets (normalement archéologiques). Photo gracieuseté de Nestor Gonzalez, du projet H.L. Hunley Project, du Centre de conservation Warren Lasch, Caroline du Sud.

Suintement du fer (coquilles vides et sèches)

Des coquilles de rouille.
Après le suintement, quand le taux d'humidité relative a chuté, on constate souvent la formation de coquilles de rouille sur les objets en fer. Dans la photo, on voit des coquilles de rouille. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Comment reconnaître l'argent

Placage d'argent et alliages d'argent (argent sterling)

  • couleur du métal nu : gris argent (surface polie très réfléchissante)
  • n'est pas magnétique
  • peut porter un poinçon (estampille) indiquant qu'il s'agit d'argent sterling ou d'un placage d'argent
  • l'argent sterling est un alliage contenant 92,5 % d'argent et 7,5 % de cuivre
  • le poinçon E.P.B.M. indique qu'il s'agit d'un article d'alliage Britannia (composé d'étain et d'une petite proportion d'antimoine et de cuivre) plaqué argent
  • le poinçon E.P.N.S. indique qu'il s'agit d'un article de nickel argent (alliage composé de cuivre et d'une petite proportion de nickel et de zinc) plaqué argent

Objets en argent sterling

Deux couverts en argent sterling.
L'argent sterling est utilisé pour la fabrication de plats, de bijoux et d'objets liturgiques. Dans la photo, on voit un exemple de deux couverts en argent sterling. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Objets plaqués argent

Le dos d'une fourchette plaquée, portant les lettres E.P.N.S.
Les objets plaqués argent sont moins coûteux que ceux faits en argent sterling. Au nombre des exemples d'objets plaqués argent, il y a la coutellerie, les plats de service, les bijoux, les objets liturgiques, les chandeliers et les trophées. Dans la photo, on voit le dos d'une fourchette plaquée, portant les lettres E.P.N.S. (Electroplated nickel silver), qui désigne une pièce d'alliage nickel-argent, un alliage cuprifère qui contient du nickel et du zinc, mais pas d'argent) plaquée argent par électrodéposition. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Corrosion de l'argent

Placage en argent et alliages d'argent (argent sterling)

  • la ternissure épaisse est noire
  • la ternissure mince est irisée
  • les doigts tachent facilement l'argent poli

Ternissement sur des alliages d'argent

La cuillère à la gauche a été nettoyé et n'est plus ternie, alors que la cuillère à la droite, non traitée, est couverte de ternissure.
Le ternissement de l'argent entraîne un changement progressif de couleur. Une mince couche de ternissure paraît jaune. Elle est provoquée par des gaz sulfurés dans l'air (par exemple, pollution ou composés issus du caoutchouc ou de la laine). La cuillère à la gauche de la photo a été nettoyée et n'est plus ternie, alors que la cuillère à la droite, non traitée, est couverte de ternissure. Photo gracieuseté de Bart Ankersmit et du musée de Groningue, Pays-Bas.

Teintes irisées sur l'argent

Des teintes irisées rouge et bleu produites sur les bords d'un objet en argent.
Sur de l'argent, les fines couches de ternissure changent du jaune au rouge au bleu, avant de passer au noir, sa couleur finale. Dans la photo, on voit des teintes irisées rouges et bleus produites sur les bords d'un objet en argent. Photo gracieuseté de Margo Brunn, du Musée provincial de l'Alberta.

Empreintes

Argent terni par des empreintes de doigts. En médaillon, on voit une empreinte grossie.
Si on touche une surface en argent avec les mains nues, on peut y laisser des marques de doigts. Dans la photo, on voit de l'argent terni par des empreintes de doigts. En médaillon, on voit une empreinte grossie. Photo gracieuseté de Sandra Santesso, Parcs Canada, Winnipeg.

Perte du placage

La perte de la couche d'argent d'un plateau en cuivre plaqué causée par un nettoyage répété avec un poli abrasif.
L'utilisation d'un poli abrasif pour le nettoyage ou une manipulation excessive peuvent entraîner des dommages à la couche de placage ou à la gravure de la surface. Dans la photo, on voit clairement la perte de la couche d'argent d'un plateau en cuivre plaqué causée par un nettoyage répété avec un poli abrasif. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Résidu dans les creux après le polissage d'objets en argent

Les parties blanches indiquent la présence de résidu de produit de polissage.
Résidus d'un produit de polissage sur un objet en argent. Des résidus de produits de polissage abrasifs peuvent subsister sur les objets qui n'ont pas été bien rincés. Un dépôt résiduel est souvent emprisonné dans les creux et peut être blanc ou taché de vert s’il y a du cuivre sous le placage ou dans l'alliage d'argent. Les parties blanches sur la photo indiquent la présence de résidus de produit de polissage. Photo gracieuseté de Martina Griesser-Stermscheg.

Comment reconnaître l'étain

Fer-blanc ou alliages d'étain (potin)

  • couleur du métal nu : gris argent
  • non magnétique (toutefois, le fer-blanc est magnétique)
  • le potin moderne contient surtout de l'étain, mais également un peu d'antimoine et de cuivre
  • le potin ancien peut également contenir du plomb

Objets en fer-blanc

Un entonnoir de fer-blanc.
Le fer-blanc est utilisé pour la fabrication de boîtes de conserve, d'ustensiles de cuisine et de plats. Dans la photo, on voit un entonnoir en fer-blanc. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Potin moderne

Un plat fait en potin moderne.
Le potin moderne est un alliage composé surtout d'étain, d'un peu de cuivre et d'antimoine, mais pas de plomb. Il se coule aisément et est utilisé pour la fabrication de bijoux, de plats, de vases, de chandeliers et de trophées. Sur la photo, on voit un plat fait en potin moderne. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Corrosion de l'étain

Fer-blanc ou alliages d'étain (potin)

  • la ternissure (la patine) est un assombrissement du métal nu
  • la ternissure d'un potin qui contient du plomb est gris foncé
  • les produits de corrosion de l'étain sont blancs ou noirs
  • la rouille sur un objet en fer-blanc indique une corrosion du fer sous-jacent

Rouille sur un objet en fer-blanc

La rouille rouge du fer qui perce la couche reluisante du placage d'étain.
Le fer plaqué de fer-blanc est souvent atteint de rouille. Dans la photo, on voit de la rouille rouge du fer qui perce la couche reluisante du placage d'étain. Photo gracieuseté de Susanne Sutherland.

Corrosion blanche sur de l'étain

Une grande chope en potin couverte d'une patine gris sombre.
L'étain se corrode lorsqu'il est exposé à l'humidité. Dans la photo, on voit de l'étain archéologique sur lequel une corrosion blanche entraîne l'écaillement de la peinture sombre. Photo gracieuseté de Bart Ankersmit et du Musée national des antiquités, Leyde, Pays-Bas.

Objets en potin

Une grande chope en potin couverte d'une patine gris sombre.
Les objets en potin ancien contiennent du plomb et s'assombrissent progressivement pour se couvrir d'une patine gris sombre. Dans la photo, on voit un exemple d'une grande chope en potin couverte d'une patine gris sombre. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Comment reconnaître le plomb

Plomb et alliages de plomb (brasure)

  • couleur du métal nu : gris argent terne (ne peut être poli)
  • pas magnétique
  • objets plutôt lourds
  • brasure tendre (mélanges de plomb et d'étain)
Un lingot en plomb pur.
Le plomb fond à basse température et se coule aisément. Il a déjà servi à la fabrication de poids, de jetons de présence, de bijoux peu coûteux, d'éléments de maquettes de navire, de caractères d'imprimerie, d'alliages à brasure, de munitions et de jouets. Dans la photo, on voit un lingot en plomb pur. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Corrosion du plomb

Plomb et alliages de plomb (brasure)

  • la ternissure (ou la patine) est d'un gris foncé
  • les produits de corrosion sont habituellement blancs
  • le plomb est sensible à la corrosion par l'acide acétique (qui provient souvent des produits du bois)

Corrosion blanche comparée avec de la patine stable sur le plomb

La feuille de plomb sur la culasse du modèle de droit et gauche.
Avec le temps, le plomb s'assombrit progressivement et une patine stable gris foncé se forme à sa surface (voir la feuille de plomb sur la culasse du modèle de droite dans la photo). Le plomb atteint de corrosion active devient blanc (voir la feuille de plomb sur la culasse du modèle de gauche dans la photo). Photo gracieuseté de Bart Ankersmit et du Musée maritime d'Amsterdam.

Corrosion blanche sur du plomb

Un ange de verre assemblé avec des baguettes en plomb.
Un gros plan de la corrosion blanche sur le plomb, qui ne touche pas le joint à brasure.
La corrosion blanche sur du plomb provient normalement de son exposition à des acides organiques volatils, comme l'acide acétique (vinaigre). Dans la photo de gauche, on voit un ange de verre assemblé avec des baguettes en plomb et, dans celle de droite, on voit un gros plan de la corrosion blanche sur le plomb, qui ne touche pas le joint à brasure. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.
Des jetons de présence faits en plomb, entreposés dans des tiroirs de bois.
Dans la photo, on voit des jetons de présence faits en plomb, entreposés dans des tiroirs de bois. Les jetons en plomb couverts de corrosion blanche et entourés de particules blanches sont atteints de corrosion active, les autres sont intacts. Photo gracieuseté de l'Institut canadien de conservation.

Cristaux gris sur les alliages de plomb

Les cristaux gris du formiate de plomb sur la roue d'un jouet exposé pendant neuf ans dans une grande vitrine d'exposition scellée.
L'acide formique peut provoquer la corrosion du plomb. Dans la photo, on voit les cristaux gris du formiate de plomb sur la roue d'un jouet exposé pendant neuf ans dans une grande vitrine d'exposition scellée. Photo du musée du Musée Glenbow, Alberta.

Problèmes et solutions

Dans le doute, consulter un restaurateur.

Tableau 1. Problèmes et solutions
ProblèmesSolutions
Dommage causé par la manipulation Manipuler le moins possible et porter des gants de coton.
Dommage causé par un nettoyage abrasif Ne nettoyer qu'au besoin; utiliser des matières abrasives douces (par exemple, une pâte composée de carbonate de calcium précipité et d'eau).
Nouvelle corrosion du métal sous le placage Isoler l'objet dans un milieu sec.
Perte d'une couche de placage Laisser l'objet tel quel pour préserver les traces de son utilisation.
Condensation à l'intérieur d'un sac de plastique scellé
  1. Percer le sac de petits trous pour favoriser l'aération.

    ou

  2. Ajouter un agent dessiccatif (par exemple, du gel de silice) dans le sac et sceller de nouveau.
Corrosion vert gris sur des alliages de cuivre dans une caisse de bois Aérer la caisse; envisager de la peinturer.
Ternissure de l'argent Conserver l'objet à l'intérieur d'un sac de plastique scellé ou, mieux encore, le conserver dans un sac de plastique scellé et y ajouter du gel de silice et du charbon actif.
Corrosion blanche ou grise sur le plomb Offrir une meilleure aération pour diminuer la source du problème (les acides organiques volatils) et consulter un restaurateur sur les moyens les plus sécuritaires d'enlever la corrosion et de s'en défaire.
Difficulté à trouver des renseignements sur la conservation Consulter la bibliographie ci-dessous; voir les Notes de l'Institut canadien de conservation (série 9) accessibles sur le site Web de l'Institut canadien de conservation (ICC).
Difficulté à trouver des conseils sur la conservation Dans le doute, consulter un restaurateur. Pour en savoir plus, consulter le site Web de l'Association canadienne des restaurateurs professionnels (ACRP).

Annexe : Agents de détérioration

Les agents suivants peuvent avoir une incidence sur la détérioration des objets d'une collection. Ils servent souvent à évaluer les risques qui menacent une collection :

Polluants et contaminants

  • ils accélèrent la corrosion des métaux
  • les contaminants peuvent provenir :
    • de composés gazeux sulfureux (par exemple, nourriture, air pollué)
    • de produits de nettoyage chimiques (en particulier les aérosols)
    • de suies, de la poussière et de la saleté
    • de la dégradation des matières plastiques

Feu

  • perte d'une collection

Manipulation (et autres forces physiques)

  • corrode les métaux (par les sels et les acides des mains nues)
  • endommage les objets (par exemple, éraflures, bosses, bris)

Humidité relative inadéquate

  • un taux d'humidité relative dépassant 65 % provoque la corrosion des métaux

Température inadéquate

  • endommage les matériaux sensibles (par exemple, le bois) accompagnant des métaux

Lumière

  • décolore les matériaux sensibles (par exemple, les rubans) accompagnant des métaux

Ravageurs

  • affectent les matériaux organiques accompagnant des métaux

Sécurité

  • perte d'objets portables, de grande valeur ou rares

Eau

  • corrode les métaux
  • l'eau peut provenir :
    • de la rupture de tuyaux
    • de la fonte de glace
    • de fuites causées par une averse abondante ou le vent
    • d'inondations
    • de condensation

Références et remerciements

Références

  • Institut canadien de conservation. Comment reconnaître la corrosion active , Note de l'ICC 9/1, Ottawa, Institut canadien de conservation, 1997.
  • Institut canadien de conservation. Mise en réserve des métaux , Note de l'ICC 9/2, Ottawa, Institut canadien de conservation, 1995.
  • Institut canadien de conservation. Nettoyage, polissage et cirage des objets de laiton et de cuivre , Note de l'ICC 9/3, Ottawa, Institut canadien de conservation, 1988.
  • Institut canadien de conservation. Le soin des pièces de monnaie et des médailles , Note de l'ICC 9/4, Ottawa, Institut canadien de conservation, 1997.
  • Institut canadien de conservation. Le soin et le nettoyage du fer , Note de l'ICC 9/6, Ottawa, Institut canadien de conservation, 1995.
  • Institut canadien de conservation. Le soin de l'argent , Note de l'ICC 9/7, Ottawa, Institut canadien de conservation, 1997.
  • Institut canadien de conservation. Élimination mécanique de la rouille sur les surfaces usinées , Note de l'ICC 9/8, Ottawa, Institut canadien de conservation, 1996.
  • Drayman-Weisser, T. « Metal objects », p. 108-121, dans Caring for Your Collections (dir. H. Whelchel), New York, Harry N. Abrams, 1992.
  • Selwyn, L. Métaux et corrosion : Un manuel pour le professionnel de la conservation , Ottawa, Institut canadien de conservation, 2004
  • Tétreault, J. « Matériaux d'exposition : les bons, les mauvais et les autres… » traduction de « Display Materials: The good, the bad and the ugly », Actes du congrès Exhibitions and Conservation tenu par la Scottish Society for Conservation and Restoration, Édimbourg, 1994, p. 79-87.

Remerciements

Les auteurs remercient Lana Chan et Liz Croome, du Centre de services de l'Ouest et du Nord de Parcs Canada à Winnipeg pour leurs idées, leurs commentaires et leur aide.

Coordonnées pour cette page Web

Ces documents sont publiés par l'Institut canadien de conservation (ICC). Pour toutes questions ou commentaires, incluant les demandes de reproduction, communiquez avec l'ICC.

Date de modification :