Commotions cérébrales

Le sport et l’activité physique jouent un rôle important dans la vie de nombreux Canadiens, que ce soit en suscitant un sentiment d’appartenance et un attachement à la communauté ou en procurant des bienfaits remarquables sur le plan de la santé et des émotions. Afin d’accroître la pratique du sport et de favoriser les modes de vie actifs, nous devons nous employer à réduire l’incidence et les conséquences des blessures graves et à assurer une pratique des sports en toute sécurité.

Le gouvernement du Canada reconnaît que trop de gens subissent des commotions cérébrales en participant à des activités sportives ou récréatives, entraînant parfois des conséquences tragiques. Les commotions dans le sport constituent un problème de santé publique bien connu en raison de leur fréquence et de leurs possibles répercussions à court et à long terme.

Par exemple

  • Dans une proportion de 64 %, les visites aux services d’urgence des hôpitaux par les personnes de 10 à 18 ans sont liées à la participation à une activité sportive, physique ou récréative.
  • Chez les enfants et les jeunes (de 10 à 18 ans) qui visitent un service d’urgence à cause d’un traumatisme crânien subi en pratiquant un sport, 39 % ont reçu un diagnostic de commotion cérébrale, tandis que dans le cas de 24 %, il s’agissait d’une possible commotion.
  • Le football, le soccer et le hockey affichent tous une hausse de plus de 40 % des taux de traumatismes crâniens déclarés (comparativement à d’autres blessures) entre 2004 et 2014 chez les enfants et les jeunes.

Ce sont des statistiques déconcertantes, nous devons donc veiller, collectivement, à prendre des mesures de telle sorte que le sport soit plus sécuritaire et mieux géré.

Pour ce faire, nous savons qu’il faut susciter une plus grande conscience des dangers que représentent les commotions et des moyens à prendre pour les prévenir et les détecter, ainsi que pour gérer, de manière responsable, le retour au jeu des adeptes du sport et des loisirs. Cette sensibilisation s’adressera à quiconque concerné par les sports et les loisirs, qu’il se trouve sur le terrain de jeu ou en dehors de celui-ci. Il s'agit notamment des athlètes, des parents, des enseignants, des entraîneurs, des officiels, des organisations sportives et récréatives.

Mesures prises

La ministre de la Santé et la ministre des Sports et des Personnes handicapées ont reçu du premier ministre le mandat de travailler avec les intervenants, y compris les gouvernements provinciaux et territoriaux, les organisations sportives à l’échelle nationale et les partenaires de la santé afin de soutenir une stratégie nationale de lutte contre les commotions cérébrales et ainsi prévenir et gérer les commotions cérébrales. Le secteur de l’éducation est aussi un partenaire clé lorsqu’il est question de lutter contre les commotions cérébrales.

Dans le budget de 2016, on accordait, à compter de 2016–2017, 1,4 million de dollars sur deux ans de sorte que l’Agence de la santé publique du Canada pourra diriger les travaux avec les provinces et les territoires sur cet enjeu important en mettant l’accent sur les protocoles de reprise des études pour les élèves et du retour au jeu pour les athlètes.

L’Agence de la santé publique du Canada a accordé une aide financière à Parachute Canada qui concevra une application mobile et une vidéo sur les commotions cérébrales afin d’enseigner aux jeunes, aux parents, aux entraîneurs et aux éducateurs comment prévenir, reconnaître et traiter les commotions cérébrales. L’application mobile, Concussion Ed (outil pédagogique sur les commotions), est disponible.

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) soutiennent la recherche sur la prévention des blessures, y compris l’aide financière en appui à 19 projets de recherche portant sur les lésions cérébrales traumatiques légères dans le but d’améliorer la prévention, le diagnostic et le traitement des populations le plus à risque de souffrir de ces blessures, notamment les enfants et les jeunes, les athlètes et les personnes âgées.

Le groupe de travail fédéral, provincial et territorial sur les commotions cérébrales dans le sport a été formé en 2015 et il travaille à élaborer une approche harmonisée afin de lutter contre les commotions cérébrales. L’approche comporte cinq éléments clés.

  1. la sensibilisation,
  2. la prévention,
  3. la détection,
  4. la gestion,
  5. la surveillance.

Leurs travaux se traduiront par la rédaction de lignes directrices pancanadiennes en ce qui concerne les commotions cérébrales, dont les protocoles liés à la reprise des études et au retour au jeu.

Le groupe de travail est composé des représentants des organismes suivants :

Lors de la conférence de 2016 des ministres fédéral-provinciaux-territoriaux (FPT) responsables du sport, de l'activité physique et des loisirs, tenue à Lethbridge (Alberta) les 8 et 9 juin  2016, ceux-ci ont convenu à l’unanimité que les commotions cérébrales sont un important problème pour la santé publique et qu’il serait avantageux de mettre en place une collaboration multisectorielle efficace. En conséquence, les agents responsables s’emploient à uniformiser les efforts déployés, relativement au volet mentionné précédemment, par les gouvernements FPT et les intervenants dans les secteurs du sport, des loisirs, de l’éducation et de la santé.

Nouvelles

Le 9 juin 2016

Le 1er juin 2016

Date de modification :