Canada C3 : D’un océan à l’autre avec l’organisation Students on Ice

Canada 150
Canada C3, sur les flots, en suivant le plus long littoral au monde : celui du Canada!

Saviez-vous que le Canada possède le plus long littoral au monde? Cet été, les Canadiens sont invités à se joindre à une expédition pour explorer les extrémités du Canada avec Coast to Coast to Coast Canada (C3), un projet Signature Canada 150. Mené par la fondation Students on Ice, Canada C3 est un périple de 150 jours le long du littoral canadien. Le navire lèvera l’ancre à Toronto et mettra le cap sur Victoria, par le passage du Nord Ouest. Son équipage sera composé de plus de 300 participants, à savoir des personnes remarquables qui reflètent la diversité et l’innovation de notre pays. Ce groupe comprendra des scientifiques, des artistes, des dirigeants d’entreprise, de même que des jeunes, des nouveaux arrivants et des sages autochtones.

Le C3 s’arrêtera chaque jour à un endroit différent, faisant escale dans 50 communautés côtières, 36 communautés autochtones, 13 parcs nationaux et 20 refuges d’oiseaux migrateurs. À chaque arrêt, les membres de l’équipage prendront part à des activités communautaires et collaboreront avec des artistes et des scientifiques de la région, en plus de rencontrer des Canadiens partout au pays. Vous pouvez goûter à l’aventure en tant qu’explorateur virtuel et suivre l’expédition en ligne, par l’entremise de mises à jour dans le site Web et de pôles interactifs dans des musées. Le fondateur de Students on Ice et chef d’expédition de C3, Geoff Green, nous parle davantage du périple.

La fondation Students on Ice a réalisé quelque 200 expéditions. A-t-on déjà tenté d’entreprendre un voyage maritime d’une telle envergure, le long du littoral du Canada?

Dans le cadre du périple amorcé dans les Grands Lacs, le navire parcourra le fleuve Saint-Laurent jusqu’à la côte Est. Il empruntera le passage du Nord-Ouest, contournera l’Alaska et sillonnera la côte Ouest du Canada pour aboutir à Victoria. Je ne crois pas que pareil voyage ait déjà été réalisé, en tout cas certainement pas de la même façon. Nous nous arrêtons pour prendre part à des activités communautaires, explorer des parcs nationaux, mener des expériences scientifiques et réaliser des recherches. Nous avons divisé l’expédition en 15 étapes de 10 jours chacune, au cours desquelles nous accueillerons à bord un groupe représentatif de la société canadienne. Les participants sont la voix du pays et ils sont à bord pour faire connaître leurs expériences et leurs points de vue à l’ensemble du Canada. C’est semblable au tissu social du Canada. Nous constituons une nation hautement diversifiée et inclusive, et c’est ce que nous souhaitons refléter à bord du navire.

Comment la population canadienne peut-elle suivre virtuellement le voyage Canada C3?

Nous publierons au quotidien des mises à jour dans le site Web, des billets de blogue, des photos, des vidéos et des séquences de réalité virtuelle, en plus de communiquer par l’entremise de pôles interactifs dans des musées situés d’un bout à l’autre du pays. Je pense que le voyage stimulera l’imaginaire des Canadiens, tout simplement parce qu’il s’agit d’un périple, et qu’il y aura des surprises, des aventures et des milliers d’images et d’histoires incroyables à diffuser relativement à ce voyage d’un bout à l’autre du pays.

Les participants à l’expédition Canada C3 communiqueront au quotidien avec des Canadiens par l’entremise de pôles interactifs dans des musées.
Il est difficile d’accéder à bon nombre de régions dans notre pays. Souhaitez-vous que la diffusion de ce voyage resserre les liens entre la population canadienne et notre territoire?

Nous célébrons le plus long littoral au monde et le fait que nous sommes une nation à la fois océanique et polaire. Beaucoup de gens ignorent que le Canada est un pays aussi haut que large. Ces derniers ne savent pas que trois océans nous bordent, que l’Arctique représente 40 % de notre masse continentale, et j’en passe! La nature de l’expédition touche véritablement la corde sensible de la population, et c’est un exploit éminemment canadien que nous tentons d’accomplir.

Le voyage comporte des escales quotidiennes. Comment l’équipage se mêlera-t-il aux communautés visitées?

La majeure partie du voyage repose sur la sensibilisation aux qualités particulières qui distinguent ces communautés. Par exemple, quand nous jetterons l’ancre à Conne River (Terre Neuve et Labrador), le 8 juillet, nous prendrons part à un grand pow-wow annuel. Le jour de notre visite au parc national des Monts-Torngat, nous assisterons à un concert silencieux. Dans de grandes villes, nous participerons à des réceptions, à des présentations, à des activités dans des universités ou à des entrevues médiatiques. Notre équipe artistique pourrait se joindre à des groupes d’art locaux, l’équipe scientifique pourrait partir en exploration, et n’oublions pas les randonnées et les travaux scientifiques qui seront réalisés dans des parcs nationaux sur notre parcours.

Vous avez mentionné le caractère très canadien du projet. Que souhaitez-vous que les gens tirent du périple Canada C3?

Qu’ils sachent à quel point nous sommes chanceux d’habiter au Canada. Je souhaite que le projet joue un rôle catalyseur pour le pays, tout comme les autres activités Canada 150, au fur et à mesure que nous progressons pour faire du Canada un pays encore meilleur. À cette fin, je pense que l’année 1967 a joué un rôle important au cours des 50 dernières années. J’avais un an lorsque je suis allé à l’Expo 67 de Montréal, et je sais que les gens de ma génération ont profité, en quelque sorte, du dynamisme de l’année 1967. À l’époque, nous étions un pays naïf. Bien qu’à l’heure actuelle les choses soient plus complexes, et les défis, plus grands, je souhaite que Canada 150 et le projet entraînent bien des changements.

Pour en savoir plus sur le voyage et la classe virtuelle de Canada C3 ou sur l’explorateur virtuel et les pôles interactifs dans les musées, consultez le site Web du projet. Suivez Canada C3 dans les médias sociaux :

Date de modification :