Vidéo - Capteurs de rêves - Canada 150

Transcription

Transcription de Capteurs de rêves - Canada 150

[Fort Waldegrave en hiver]

[Texte à l'écran: Saint-Jean, Terre-Neuve et Labrador
11 février, 2017
8 h 44]

[Logo de Canada 150]

[Texte à l'écran: Capteurs de rêves]

[Des voitures le long d'une rue enneigée]

[Texte à l'écran: Mary Francis Moore
Créatrice et auteure, Capteurs de rêves]

[Mary Francis Moore parle devant la caméra]

Mary Francis Moore (traduit de l’anglais en français) : « On m'a approchée pour savoir si je voulais participer au projet Capteurs de rêves avec Nick, Watio et Robert. L'objectif était de parcourir les dix provinces et les trois territoires du pays pour aller à la rencontre de jeunes de 11 à 13 ans et leur parler de leurs rêves, pour eux-mêmes et pour l'avenir du Canada. »

[Mary Francis Moore et des jeunes qui se déplacent et s’amusent dans le gymnase d'une école]

Mary Francis Moore (traduit de l’anglais en français) : « Nous venons de terminer notre deuxième atelier et c'est incroyable tout ce que ces jeunes nous apportent. Ces enfants sont d'une grande générosité, avec leurs idées, leurs pensées et leurs rêves. »

[Des mains frappent sur le plancher en suivant le rythme]

[Une main tenant une brosse à tambour frappe doucement sur un livre]

[Une jeune fille portant un tablier, tient un capteur de rêves à la main parle devant la caméra]

Jeune fille (traduit de l’anglais en français) : « Beaucoup d'enfants de mon âge, de tous les âges en fait, qu'ils soient plus vieux ou plus jeunes, se demandent qui ils sont. Ils se font constamment rabaisser, mais personne ne s'occupe de les rassurer. Il est important d'être soi-même, et quand on vient ici, on apprend beaucoup sur soi et sur de bonnes façons de se comporter. »

[Des adolescents et un homme chantent et frappent du pied en formant un cercle]

[Des adolescents frappent doucement sur du métal]

Mary Francis Moore (traduit de l’anglais en français) : « Dans les ateliers, nous parlons beaucoup de confiance en soi et nous leur faisons voir qu'ils ont tous un talent unique à partager. Ça peut être un don pour les maths, les sciences ou la course. Peu importe son talent, il ne faut pas hésiter à le montrer, surtout dans un monde obsédé par la célébrité.
« Plusieurs enfants, particulièrement ceux qui vivent en région éloignée, n'ont parfois pas
accès à autre chose qu'à YouTube et pour eux, peut-être que le fait d'aimer la marche en montagne ne leur semble pas exceptionnel. Ou le fait de composer de la musique ne leur semble pas précieux. Pourtant, ça l'est. Dans ces ateliers, nous braquons les projecteurs
sur ces enfants et nous leur disons je vois qui tu es et j'aimerais que tu m'en dises plus. »

[Des adolescents enregistrent les sons qu’ils font avec différents objets]

[Un homme explique comment fabriquer un capteur de rêves]

[Des adolescents fabriquent des capteurs de rêves]

[Texte à l'écran: Nick Huard
Créateur de Capteurs de rêves, animateur d'ateliers]

[Nick Huard parle devant la caméra]

Nick Huard (traduit de l’anglais en français) : « J'ai travaillé comme correspondant de guerre. J'ai vécu l'enfer et je ne souhaite ça à personne. Alors je ne manque jamais de les encourager à prendre de bonnes décisions. Je leur dis: croyez en vos rêves, faites ce qui vous passionne et non ce que l'on vous oblige à faire ou ce que votre entourage attend de vous. »

Mary Francis Moore (traduit de l’anglais en français) : « Ce qui est primordial, c'est que nous invitons aussi des artistes de chaque communauté où nous allons. Ainsi, on montre aux enfants que des personnes qui ont grandi dans leur région, qui leur ressemblent. Ils ont choisi de poursuivre leur rêve et ils ont réussi. »

[Texte à l'écran: Romesh Thavanathan
Multi-instrumentaliste, tiny emperor]

[Romesh Thavanathan interagit avec des jeunes dans le gymnase]

[Des adolescents fabriquent des capteurs de rêves]

[Une fille dans un gymnase, tenant un capteur de rêves, parle devant la caméra]

Fille (traduit de l’anglais en français) : « C'est important d'interagir avec des personnes qu'on ne connaît pas, car c'est une bonne façon d'apprendre plein de nouvelles choses. »

[Des adolescents fabriquent des capteurs de rêves]

[Un jeune homme debout dans le gymnase face à la caméra]

Narrateur (traduit de l’anglais en français) : « Quel moment as-tu préféré aujourd'hui? Quelle activité? Qu'est-ce qui t'a le plus fait plaisir? »

Jeune homme (traduit de l’anglais en français) : « De m'être fait de nouveaux amis. »

Mary Francis Moore (traduit de l’anglais en français) : « Nous essayons de leur montrer que même s'ils ne peuvent peut-être pas changer le monde aujourd'hui, ils peuvent changer leur monde. C'est un grand pas pour eux et les arts jouent un rôle crucial dans ce changement de perspective. Voilà pourquoi ce projet est aussi exceptionnel. »

[Logo de Canada 150]

[Texte à l’écran :
canada.ca/150, #canada150]

[Mot-symbole Canada]

Date de modification :