Vidéo - MosaïCanada

Transcription

Transcription de MosaïCanada

Cette vidéo est bilingue, la narration est en français et en anglais.

[Logo de Canada 150]

[Texte à l'écran : MosaïCanada 150]

[Des plantes poussent dans une serre. Une main effleure une touffe d'herbe soyeuse, tandis qu'une goutte d'eau perle sur une feuille.]

[Texte à l'écran : Lise Cormier, directrice générale, Mosaïcultures Internationales de Montréal.]

Lise Cormier : « Il n'y a pas de plus beau langage que les plantes pour véhiculer nos messages. »

[Une femme plante des petites pousses dans un carré de terre. Un homme arrose une sculpture composée de dizaines de bandes de textile cousues ensemble.]

Lise Cormier : « Les expositions de mosaïcultures ou les compétitions de mosaïcultures, il y a toujours une thématique. Alors, on ne pouvait pas avoir une plus belle thématique que la Confédération, qui est notre pays, d'autant plus que les Mosaïcultures Internationales ont été créées au Canada. »

[Des sculptures représentent divers symboles canadiens: un aigle aux ailes déployées, un homme chaussé de patins à glace, un bison…]

Lise Cormier : « L'exposition va illustrer la grandeur du Canada, la diversité du Canada. On parle de 35 œuvres, on parle d'une centaine de pièces, d'une centaine de structures. »

[Dans un entrepôt, des tiges de métal sont assemblées et soudées pour former la charpente des sculptures.]

[Texte à l'écran : Norm Odjick, directeur général, conseil tribal de la nation algonquine Anishinabeg]

Norm Odjick : « Pour nous autres, ça a été important d'être là aux Mosaïcultures, à cause que c'est dans le territoire algonquin traditionnel. »

[Une toile représente un Alguonquin dans un canot, entouré d'oiseaux, de rongeurs et d'une tortue avec un arbre sur le dos. Une sculpture d'argile reproduit la même image.]

Norm Odjick : « On est là pour accueillir du monde dans notre territoire et pour donner un peu de notre histoire avec la légende de Wìsakedjàk. »

[Texte à l'écran : Yves Vaillancourt, horticulteur en chef, MosaïCanada 150.]

Yves Vaillancourt : « Ce qui est hyper intéressant, c'est qu'on rencontre des gens des autres provinces, des passionnés d'horticulture comme nous, autant de BC, d'Alberta, du Manitoba, des Provinces maritimes. »

[Les mots « ferme Vaillancourt » apparaissent sur le mur d'un bâtiment en bois. Deux femmes entrent dans une serre.]

Yves Vaillancourt : « Et on a tous une passion commune, qui est l'horticulture. Eux n'ont jamais fait de mosaïculture, donc on leur apprend comment faire. »

[Yves montre à une femme comment tailler les sculptures avec une cisaille électrique. Il assiste ensuite un homme qui garnit un animal en terre de verdures.]

Yves Vaillancourt : « Ils sont hyper intéressés à apprendre parce que l'an prochain, toutes ces structures-là - pas toutes, mais la plupart - s'en vont dans leurs provinces respectives. »

[Texte à l'écran : Erin Gorby, horticultrice, Coquitlam, Colombie-Britannique.]

Erin Gorby (traduit de l'anglais en français) : « De la conception à la réalisation des sculptures, en passant par le soudage de l'acier, l'art de disposer le textile et le remplissage de la structure avec de la terre, on voit les sculptures prendre vie. On peut apprécier leur réalisme. »

[Erin et une autre femme travaillent sur une structure d'acier dans une serre remplie de sculptures diverses: un ours en mouvement, un oiseau au bec rempli d'anguilles, un bison recouvert d'une manteau d'herbe soyeuse.]

Yves Vaillancourt : « Si on prend par exemple un bison ou un cheval, il faut avoir l'impression qu'il va bouger, qu'il va être en vie. C'est le côté artistique des choses : choisir des plantes, des couleurs, des cultivars. »

[Des plantes aux formes et aux couleurs variées sont cultivées dans une serre.]

Erin Gorby (traduit de l'anglais en français) : « On investit tous ces efforts dans un magnifique projet et, selon moi, cela reflète nos valeurs canadiennes : on soutient des projets comme celui-ci, des projets artistiques qui requièrent un effort de collaboration et qui représentent le pays dans son ensemble. »

[Un groupe d'horticulteurs s'affaire sur les sculptures.]

[Texte à l'écran : Anne Norrie, horticultrice, Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard.]

Anne Norrie (traduit de l'anglais en français) : « Ça crée un lien entre le Canada et moi, probablement parce qu'il s'agit, je pense, d'un des plus grands événements d'horticulture organisés au Canada. »

[Anne taille une sculpture avec des cisailles.]

Anne Norrie (traduit de l'anglais en français) : « Et voir toutes ces énormes structures, c'est formidable. »

[Texte à l'écran : Wade Meisner, horticulteur, Winnipeg, Manitoba.]

Wade Meisner (traduit de l'anglais en français) : « C'est vraiment agréable de travailler avec des gens qui viennent d'un océan à l'autre. Cette semaine, nous avons eu la chance de travailler avec des gens de l'Île-du-Prince-Édouard et d'autres de Vancouver. C'est vraiment intéressant de voir ce qu'ils font dans leurs jardins. »

[Wade et un autre homme plantent de la verdure sur une sculpture formant la moitié inférieure d'un gros animal.]

Anne Norrie (traduit de l'anglais en français) : « Je me sens très privilégiées d'être ici, de participer à cet événement important pour le Canada. »

[Logo de Canada 150]

[Texte à l'écran : canada.ca/150, #canada150]

[Mot-symbole Canada]

Date de modification :